•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Priorité à la grippe A (H1N1)

(archives)

(archives)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La direction de la Santé publique du Québec décide d'inverser les campagnes de vaccination: celle contre la grippe A (H1N1) débutera le 15 novembre, tandis que celle contre la grippe saisonnière est reportée à janvier 2010.

La direction de la Santé publique du Québec décide d'inverser les campagnes de vaccination: celle contre la grippe A (H1N1) débutera le 15 novembre, tandis que celle contre la grippe saisonnière est reportée à janvier 2010.

Exception à cette règle: les populations à risque recevront le vaccin saisonnier en premier, avant le 15 novembre.

La campagne de vaccination contre le virus de la grippe A (H1N1) sera exclusivement publique. La campagne saisonnière sera publique et privée.

C'est ce que le docteur Horacio Arruda, directeur de la Protection de la santé publique du Québec, a annoncé vendredi après-midi au cours d'un point presse tenu en compagnie du docteur Philippe De Wals, épidémiologiste et président du Comité sur l'immunisation du Québec.

Comparativement aux années précédentes, les campagnes de vaccination sont donc inversées.

Ce choix a été effectué après l'examen de plusieurs scénarios, a expliqué le Dr Arruda. La forte probabilité qu'une nouvelle vague de grippe A (H1N1) s'abatte sur le Québec avant la grippe saisonnière et la possibilité que cette vague soit porteuse d'une nouvelle souche du virus ont été des éléments décisifs.

Le Dr Arruda a reconnu que les résultats préliminaires de plusieurs études canadiennes récentes ont aussi pesé dans la balance. Selon ces études, menées auprès de 2000 sujets, les personnes ayant reçu un vaccin contre la grippe saisonnière sont plus exposées que les autres au virus de la grippe A (H1N1).

Les études en question

Les chercheurs à l'origine de ces études soulignent qu'il ne s'agit que d'une hypothèse. « Nous avons repéré des indices. Il n'ont pas encore été validés, on en est encore à un stade préliminaire », a déclaré à CBC News le Dr Donald Low, microbiologiste en chef à l'hôpital Mount Sinaï de Toronto.

Il faudrait, entre autres, s'assurer que ce phénomène existe aussi dans l'hémisphère sud, où la période annuelle de grippe saisonnière vient de s'achever.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !