•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Stradivarius pour Caroline

Caroline Chéhadé

Caroline Chéhadé

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Caroline Chéhadé remporte, au concours de la Banque d'instruments de musique du Conseil des arts du Canada, le prêt, pour trois ans, d'un violon Stradivarius. La violoniste de Montréal ne cachait pas son excitation.

Le Conseil des Arts du Canada a remis jeudi les 14 instruments de sa Banque d'instruments de musique (BIM) à de jeunes musiciens canadiens.

Parmi les lauréats, Caroline Chéhadé, de Montréal, s'est distinguée pour la seconde fois.

Quand est venu son tour de choisir un instrument, elle n'en croyait pas ses yeux: il restait un Stradivarius.

En entrevue avec Radio-Canad.ca, la Montréalaise de 26 ans n'a pas caché qu'elle croit aux miracles.

Il faut savoir que le Conseil des arts possède trois Stradivarius.

Et Mlle Chéhadé ne faisait pas partie des trois premiers récipiendaires à faire leur choix.

Mais le hasard ou un miracle a voulu que le Stradivarius Windsor-Weinstein de 1717, évalué à 4,3 millions de dollars, attende la jeune musicienne.

Et le rêve devint réalité.

Avoir la chance de jouer sur un Stradivarius au cours des trois prochaines années, c'est un rêve auquel je ne pouvais croire.[[citation auteur="Caroline Chéhadé" ]]

On sent dans sa voix toute l'excitation de ce rêve incarné. Sur sa lancée, elle confie que ce prêt est une confirmation de son talent et une récompense. Ce n'est pas la première fois que son talent est récompensé par la BIM. En 2006, elle avait choisi un Vuillaume. Mais, cette fois-ci, elle cherchait un instrument montrant des qualités différentes.

J'avais envie d'un instrument qui me permette d'aller plus loin dans la subtilité.[[citation auteur="Caroline Chéhadé" ]]

Soliste et chambriste

Plus loin, ça veut dire qui lui permette d'aller chercher plus de couleurs pour se démarquer de l'orchestre. Car la jeune musicienne aime exécuter des concertos avec orchestre. Elle ambitionne d'ailleurs d'élargir son répertoire, notamment avec les concertos de Barber et de Dvorak.

Le Stradivarius lui permettra en outre de consolider sa carrière de chambriste. Elle a fondé un ensemble international qui s'appelle Halo, composé de 12 musiciens venus des États-Unis et d'Europe. Ils se rencontrent deux fois par année pour répéter et interpréter de la musique de chambre.

Prochain rendez-vous musical pour Caroline Chéhadé: jeudi soir, 20 h. Avec les autres lauréats du Conseil des arts du Canada, elle offrira un concert gratuit à guichet fermé au Studio Glenn Gould, à Toronto.

Liste des instruments et des autres Québécois lauréats du concours de 2009

  • Marie-Ève Poupart, de Saint Jean-sur-Richelieu: violon Giovanni Tononi Bell v. 1700, évalué à 188 000 $;
  • Renée-Paule Gauthier, de Jonquière: violon Stradivarius Taft v. 1700, évalué à 4,3 millions dollars;
  • Véronique Mathieu, de Montréal/Québec: violon Dominicus Montagnana de 1715, évalué à 858 000 $;
  • Andréa Tyniec, de Saint Jean-sur-Richelieu: violon Januarius Gagliano Palmason de 1747, évalué à 322 000 $;
  • Min-Jeong Koh, née en Corée du Sud mais résidant à Montréal: violon Joannes Baptisa Guadagnini v. 1767, évalué à 536 000 $
  • Chloé Dominguez, de Montréal: violoncelle Nicolaus Gagliano McConnell de 1824, évalué à 375 000 $;
  • Emmanuelle Beaulieu Bergeron, de Roberval: archet de violoncelle Adam Shaw v. 1830, évalué à 43 000 $;
  • Jing Wang, né en Chine et ayant grandi à Sainte-Foy: violon Enrico Rocca de 1902, évalué à 214 000 $.

Concours

Depuis 1985, des musiciens canadiens talentueux se font concurrence pour le prêt - pour une période de trois ans - de l'un des 13 instruments à cordes de qualité et d'un archet de violoncelle de la BIM, fabriqués entre 1689 et 1902. Les gagnantes et gagnants sont appelés à choisir, selon le classement obtenu, l'instrument qu'ils souhaitent emprunter.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !