•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De l'eau à la surface de la Lune

Lune-surface

L'instrument M3 peut seulement scruter les couches superficielles du sol lunaire, c'est-à-dire quelques centimètres sous la surface.

Photo : NASA

Radio-Canada

Des particules d'eau sont présentes à la surface de la Lune, et pas uniquement dans le fond de certains cratères retrouvés aux pôles du satellite naturel de la Terre.

L'eau ne serait pas présente uniquement dans le fond de certains cratères situés aux pôles de la Lune, ont permis d'établir des informations recueillies par la sonde indienne Chandrayyan-1.

Un instrument de la NASA (M3), placé à bord de cette sonde, a détecté des particules d'eau sur la surface de la Lune.

La quantité n'est pas énorme, admet l'astronome Jessica Sunshine de l'Université du Maryland, mais cette découverte montre quand même, selon elle, que la surface lunaire n'est pas figée dans le passé et qu'elle n'est pas complètement morte comme plusieurs l'estiment.

Pour établir la présence d'eau, l'instrument de cartographie minéralogique M3 a analysé la réflexion de la lumière du Soleil sur la surface lunaire afin de déterminer sa composition.

La lumière se reflétant en longueurs d'onde différentes selon la nature des minéraux, les chercheurs ont ainsi pu utiliser ces variations pour connaître la composition de la couche supérieure du sol lunaire.

Le M3 a ainsi détecté une longueur d'onde qui indique un élément chimique liant l'hydrogène et l'oxygène, ce qui prouve la présence d'eau, formée de deux atomes d'hydrogène et d'un atome d'oxygène.

À ce jour, les scientifiques estimaient que de la glace était présente que dans certaines zones d'obscurité permanente au fond de cratères situés aux pôles de la Lune. Ils pensaient que le reste de la Lune était totalement sec.

Cette possibilité que les pôles de la Lune abritent des gisements de glace a été évoquée pour la première fois en 1994 à la suite de la mission Clementine.

En février dernier toutefois, une carte réalisée par le satellite japonais SELENE, la plus détaillée à ce jour, permettait de constater que le seul satellite naturel de la Terre possédait très peu d'eau dans les cratères situés aux pôles.

En juillet 2008 pourtant, des géologues de l'Université Brown affirmaient qu'il y avait beaucoup d'eau dans la Lune à sa formation, il y a 4,5 milliards d'années.

Évaporée? Sous la surface? L'orbiteur américain Lunar Reconnaissance et le satellite LCROSS tenteront de répondre à la question dans les prochains mois. http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Science-Sante/2008/07/11/003-Lune-eau.shtml

Avec les informations de Agence France-Presse, et NASA