•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ali Dirie reconnaît sa participation

Ali Dirie

Ali Dirie

Radio-Canada

Un des accusés dans l'affaire de la cellule terroriste de Toronto plaide coupable à des accusations d'avoir participé à un complot.

Un homme arrêté relativement à un complot terroriste dans la région de Toronto a plaidé coupable, mercredi, à des accusations d'avoir participé à un complot.

Ali Mohamed Dirie, d'origine somalienne, a été arrêté à la frontière canado-américaine de Fort Érié, en août 2005, en possession de deux armes et de munitions.

Ce n'est que lors de son audience préliminaire, un an plus tard, que les policiers ont fait le rapprochement entre Alie Dirie et le groupe démantelé en juin 2006 dans la région torontoise. Il est le deuxième accusé à plaider coupable de son plein gré.

Selon l'acte d'accusation, il était responsable de recruter des jeunes pour la cause du djihad et d'acquérir des armes pour commettre les attentats contre la Bourse de Toronto et les bureaux du SCRS au centre-ville. « Ali Dirie savait que son groupe suivait à la lettre une interprétation radicale de l'Islam », explique la Couronne.

De sa prison, Dirie poursuivait même ses activités en communiquant par codes avec le chef de la cellule par téléphone. Les femmes, les épouses et les filles vierges étaient ainsi des codes pour désigner des armes à feu. « Il recevait des livres et des CD de propagande antioccidentale; il tentait même de convertir ses codétenus musulmans à sa cause », poursuit le procureur.

Ali Dirie purge déjà une peine de deux ans pour possession d'armes illégales depuis son arrestation dans le Niagara. L'admission de sa culpabilité à l'accusation d'avoir pris part à un complot pourrait lui valoir une peine maximale de 10 ans.

Huit autres individus attendent toujours leur procès en prison relativement à cette affaire. Sept ont été relâchés faute de preuves et le 18e a été condamné et relâché au terme de son procès pour jeune contrevenant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !