•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Washington impliqué?

L'ancien président Jimmy Carter

L'ancien président Jimmy Carter

Photo : AFP / Jessica McGowan

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ancien président américain, Jimmy Carter, affirme dans une entrevue à un journal colombien que Washington était au moins au courant de la tentative de putsch contre le président vénézuélien Hugo Chavez en 2002.

Dans une entrevue au quotidien colombien El Tiempo, l'ancien président américain Jimmy Carter affirme que Washington était au moins au courant de la tentative de putsch contre le président vénézuélien Hugo Chavez. Il a ajouté que les Américains ont peut-être participé à cette tentative de renversement en 2002.

« Je crois qu'il n'y a aucun doute sur le fait qu'en 2002 les États-Unis étaient au moins au courant ou qu'ils aient pu être directement impliqués dans le coup d'État », a déclaré M. Carter.

Les « reproches » de Chavez « à l'encontre des États-Unis sont donc légitimes », a commenté le Prix Nobel de la paix en 2002.

En avril 2002, le président vénézuélien avait été renversé par une junte militaro-civile pendant 48 heures, avant de retrouver le pouvoir.

À l'époque, le président américain George W. Bush avait nié toute implication de son pays dans ce putsch avorté et avait invité M. Chavez à en « tirer la leçon ».

M. Carter estime aussi que M. Chavez, élu après un scrutin « honnête » en 1999, a effectué des réformes nécessaires au Venezuela, permettant « à ceux qui étaient traditionnellement exclus de bénéficier d'une plus grande part de la richesse nationale », mais il se dit préoccupé par sa dérive « autoritaire .

Par ailleurs, M. Carter juge que la popularité du dirigeant vénézuélien dans son pays et son influence à l'extérieur ont « diminué ».

M. Carter affirme également que le nouveau président des États-Unis Barack Obama lui a confié vouloir entretenir des relations normales avec le Venezuela.

« Mais il [Chavez] lui rend la tâche quasiment impossible », a précisé M. Carter, qui estime que « les relations internationales seraient meilleures s'il cessait ses attaques et ses vitupérations contre les États-Unis ».

Un coup du voisin colombien?

La Colombie, alliée de Washington en Amérique latine, serait impliquée dans une tentative d'assassinat du président vénézuélien Hugo Chavez. L'accusation émane d'un ancien agent des services secrets colombiens.

En 2004, les autorités vénézuéliennes avaient arrêté une centaine de paramilitaires, en majorité colombiens, les accusant de préparer une attaque contre le palais présidentiel.

Hugo Chavez, qui évoque régulièrement cette tentative d'assassinat, a toutefois absous 40 d'entre eux, renvoyés en Colombie en 2007.

Depuis ce supposé complot, le président vénézuélien parle des infiltrations de paramilitaires dans les quartiers pauvres de Caracas, pour y contrôler le trafic de drogue et d'armes.

Avec les informations de Agence France-Presse, et RFI

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !