•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les sacs mortuaires de Santé Canada

Véhicule de la Première Nation Garden Hill
(archives)
Radio-Canada

Des chefs autochtones de communautés du nord du Manitoba durement touchées par le virus au printemps dernier s'offusquent d'avoir reçu des housses mortuaires en même temps que du désinfectant pour les mains et des masques pour le visage en vue d'une deuxième éclosion.

Des chefs autochtones dénoncent la décision de Santé Canada d'envoyer aux communautés éloignées du nord du Manitoba qui ont été les plus touchées par la grippe A (H1N1) au printemps dernier des housses mortuaires.

Au moins quatre Premières Nations ont reçu des dizaines de sacs à dépouille en vue d'une deuxième éclosion du virus. Ces objets ont été envoyés en même temps que du désinfectant pour les mains et des masques pour le visage en vue d'une deuxième éclosion.

Le grand chef David Harper, qui représente les communautés autochtones du nord du Manitoba, mentionne que ces housses mortuaires envoient le mauvais message. Personne, dit-il, ne comprend pouvoir le gouvernement fédéral a agi ainsi.

M. Harper de la Première Nation Garden Hill précise que ce serait comme d'envoyer des sacs à dépouille aux militaires en Afghanistan. Il ajoute que les Autochtones étaient déjà très préoccupés par les conséquences d'une deuxième éclosion de la grippe H1N1 avant même l'envoi de ces sacs.

La ministre fédérale de la Santé, Leona Aglukkaq, a déclaré être perturbée par cette décision. Elle a indiqué avoir ordonné à son sous-ministre d'enquêter immédiatement dans cette affaire.

Avec les informations de La Presse canadienne