•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec prête 75 millions

Guillaume Latendresse et Maxim Lapierre

Guillaume Latendresse et Maxim Lapierre

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'acheteur principal du club de hockey, Geoffrey Molson, annonce avoir rassemblé un actionnariat québécois à 66 % et reçoit en conséquence un prêt de 75 millions d'Investissement Québec.

Le Canadien de Montréal appartiendra de nouveau à des intérêts québécois.

Lors d'une conférence de presse tenue en marge du tournoi de golf annuel du club de hockey, jeudi, à Laval-sur-le-Lac, l'acheteur principal de l'équipe, Geoffrey Molson, a confirmé que les deux tiers du capital investi par le groupe d'actionnaires qu'il dirige seront québécois.

Le gouvernement Charest a obligé la famille Molson à constituer un groupe majoritairement québécois pour obtenir un prêt de 75 millions de dollars d'Investissement Québec. La condition étant remplie, le gouvernement a autorisé le prêt mercredi.

Lors de sa conférence de presse, tenue conjointement avec celui qui reste propriétaire du club pendant encore quelques semaines, l'Américain George Gillett, M. Molson a aussi confirmé que les actionnaires du club seront:

  • la société montréalaise Bell Canada Entreprises (BCE);
  • le Fonds de solidarité de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ);
  • la société d'investissement privée Woodbridge Limitée, qui appartient à la famille Thomson;
  • l'homme d'affaires Michael Andlauer, propriétaire majoritaire des Bulldogs de Hamilton, club-école du Canadien dans la Ligue américaine;
  • l'ancien président de la Bourse de Montréal, Luc Bertrand.

« Ce sont des partenaires qui sont solides financièrement et qui procurent à l'équipe des assises stables pour l'avenir. »

— Une citation de  Geoffrey Molson

M. Molson n'a pas dévoilé le montant final de la transaction, en vertu de laquelle le club centenaire, le Centre Bell et le Groupe spectacles Gillett reviennent dans le giron de la famille Molson. Les investisseurs concernés ont constitué une société privée, a-t-il répondu, lorsque la question lui a été posée.

Geoffrey Molson a toutefois annoncé que la famille mettra non seulement la main sur la tranche de 80,1 % des actions qui appartient à M. Gillett, mais aussi sur celle de 19,9 % qui appartient à Molson-Coors. Le brasseur restera un des commanditaires principaux du club.

Sur l'avenir du club

L'acheteur principal dit s'attendre à ce que la transaction soit conclue d'ici quelques semaines. Les parties se sont toutefois entendues sur l'essentiel, a-t-il dit, et la documentation juridique a été réunie pour l'essentiel. La Ligue nationale de hockey devra aussi approuver la transaction.

George Gillett a été très émotif lors de la conférence de presse, donnée conjointement avec Geoffrey Molson.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

George Gillett a été très émotif lors de la conférence de presse, donnée conjointement avec Geoffrey Molson.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

M. Molson a par ailleurs affirmé qu'il sera le président du conseil d'administration du club de hockey centenaire. Il a dit vouloir continuer à travailler avec l'équipe en place, soit celle du président Pierre Boivin pour l'administration du Canadien et celle du directeur général Bob Gainey pour l'aspect sportif.

Le commandité du groupe d'actionnaires a mentionné à plusieurs reprises qu'il était non seulement un homme d'affaires dans ce dossier, mais également un chaud partisan du club, et qu'il était très fier d'en devenir le propriétaire.

Des membres de la famille Molson ont été propriétaires de l'équipe sous une forme ou une autre de 1957 à 2001 - sauf pour une courte période entre 1971 et 1978 .

Profitable pour le gouvernement

Le prêt de 75 millions de dollars, pour une durée maximale de 10 ans, sera assorti d'un taux d'intérêt supérieur de 1,25 point de pourcentage à celui des institutions bancaires. Le ministre du Développement économique du Québec, Clément Gignac, précise donc que le gouvernement fera de l'argent avec cette affaire.

« Si le gouvernement intervient dans cette transaction, c'est pour s'assurer que le contrôle majoritaire de l'équipe soit détenu par des actionnaires québécois. Nous sommes convaincus que des propriétaires d'ici auront à coeur de préserver l'excellence de cette organisation », a déclaré le ministre Clément Gignac.

« En contrepartie de ce prêt, les acquéreurs s'engagent à maintenir le Club de hockey Canadien à Montréal. C'est une excellente nouvelle pour les amateurs de hockey, mais c'est aussi une bonne nouvelle pour la ville de Montréal. Et, des retombées pour Montréal, ce sont des retombées pour tout le Québec », affirme-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !