•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saad Khalid condamné à 14 ans de prison

Une photo de Saad Khalid datant de 2004

Une photo de Saad Khalid datant de 2004

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

Le jeune homme, le seul des 18 présumés terroristes de Toronto à avoir plaidé coupable, écope d'une lourde peine de prison, réduite de moitié en raison du temps qu'il a déjà passé derrière les barreaux.

Saad Khalid, un des 18 présumés terroristes arrêtés en 2006 à Toronto, est condamné à 14 années de prison.

Saad Khalid a admis sa culpabilité à des accusations d'avoir participé au complot visant à faire sauter des bombes devant l'édifice de la Bourse à Toronto et celui abritant les Services de renseignements et de sécurité du Canada.

Le juge s'est inspiré de la jurisprudence au Canada concernant Momin Khawadja, ainsi que de la jurisprudence en vigueur aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Il déclare qu'il ne fait aucun doute que les intentions de la cellule de Toronto auraient pu avoir des impacts sans précédent au Canada et que Saad Khalid ne pouvait ignorer les conséquences d'un tel complot, même s'il n'en connaissait pas tous les détails.

Le juge souligne que Khalid a acheté les fils électriques destinés à la fabrication d'une bombe à retardement et qu'il déchargeait un camion rempli d'engrais chimique au moment de son arrestation. Il ajoute qu'il faut sévir pour envoyer un message clair dans la société et dissuader d'autres individus de prendre part à de tels complots.

Le magistrat impose donc 14 ans d'emprisonnement à Saad Khalid, mais en retranche 7 ans en raison des 39 mois qu'il a déjà passés derrière les barreaux.

Quant à une éventuelle libération conditionnelle, le juge laisse la question entre les mains de la Commission des libérations conditionnelles.

Couronne et défense

La Couronne réclamait une peine de 18 à 20 ans de prison en raison des preuves qu'elle jugeait accablantes.

Même si elle reconnaît que Saad Khalid n'était pas un des dirigeants du complot, la Couronne justifiait sa demande par le fait que l'homme a pris part à un camp d'entraînement militaire au nord de Toronto et qu'au moment de son arrestation, il déchargeait un camion rempli d'engrais chimique dans un entrepôt de Newmarket.

Ces fertilisants auraient été utilisés pour fabriquer des bombes artisanales à retardement, dont l'explosion visait à contraindre le Canada de retirer ses troupes de l'Afghanistan et à affaiblir l'économie canadienne. Les procureurs s'appuient sur de nombreuses pièces à conviction, dont des enregistrements audio et vidéo.

De son côté, la défense réclamait une peine de deux ans, alléguant que le rôle de Saad Khalid au sein du complot était minime. Elle a rappelé que l'homme d'origine pakistanaise était le seul à avoir plaidé coupable aux accusations.

Saad Khalid a dit assumer la responsabilité de ses actes et ne pas se considérer comme un fou furieux motivé par la haine, mais a demandé au juge de lui accorder une seconde chance.

Les 18 de Toronto

Saad Khalid a été arrêté en 2006 avec 17 autres hommes. Neuf d'entre eux sont en attente de procès, alors que sept autres ont vu les accusations retirées.

Un mineur a pour sa part été reconnu coupable de conspiration en vue de s'en prendre à plusieurs cibles en Ontario. En septembre 2008, il a été condamné à deux ans et demi de prison, mais a été aussitôt libéré en raison du temps qu'il avait passé en détention.