•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Amende de 2,3 milliards pour Pfizer

Pfizer
Photo: AFP / Daniel Barry/Getty Images

Le groupe pharmaceutique accepte de payer une amende record de 2,3 milliards de dollars à la justice américaine pour régler des plaintes au pénal et au civil pour fraude et commissions occultes.

Le groupe pharmaceutique américain Pfizer a accepté de payer une amende record de 2,3 milliards de dollars pour régler une plainte sur ses pratiques commerciales, ont annoncé mercredi les parties prenantes.

Il s'agit de « la plus grosse amende jamais infligée par la justice américaine dans le secteur de la santé », a souligné le département de la Justice.

Nous perdons chaque année des dizaines de milliards de dollars au niveau des fonds de Medicare et de Medicaid à cause de la fraude. Ces milliards représentent des dépenses en soins de santé qui pourraient être consacrés à la médecine, aux soins aux aînés, ou à des visites à l'urgence.

Tom Perrelli, vice-procureur général

Un anti-inflammatoire vendu hors usage

Cet accord définitif survient à la suite d'un accord de principe dévoilé en début d'année. Il porte sur « des pratiques commerciales frauduleuses » concernant l'anti-inflammatoire Bextra de Pfizer au niveau pénal, a rappelé le ministère.

Le Bextra avait été retiré du marché en 2005, en raison d'inquiétudes sur ses effets secondaires, particulièrement cardiaques. Selon les plaignants, Pfizer « a fait la promotion du Bextra pour plusieurs usages et dosages que la Food and Drug Administration (FDA) avait refusé de valider en raison de doutes sur les risques » associés à cet anti-inflammatoire.

Le fabricant du viagra et sa filiale concernée, Pharmacia & Upjohn Company, vont verser 1,3 milliard de dollars pour solder le volet pénal de l'affaire.

Fraude à l'assurance-maladie et commissions occultes

Pfizer va aussi verser 1 milliard supplémentaire pour solder le volet civil, qui portait sur quatre médicaments: le Bextra, l'antipsychotique Geodon, l'antibiotique Zyvox et l'antiépileptique Lyrica.

L'entreprise se voyait accusée de fausses allégations dans le but de vendre des médicaments aux programmes d'assurance-maladie gouvernementaux « pour des usages qui n'étaient pas médicalement acceptés et donc non couverts par ces programmes ».

Le règlement civil met aussi fin à des allégations de commissions occultes versées par Pfizer à des prestataires de soins de santé pour les inciter à prescrire ces médicaments.

Les avocats des plaignants au civil ont salué le montant record de l'amende. « Pfizer a ciblé des pédiatres et des adolescents pour étendre la commercialisation du Geodon », citent-ils à titre d'exemple, alors que « la FDA a validé le Geodon pour une population de 18-65 ans ».

L'entreprise pharmaceutique a aussi accepté de revoir ses pratiques, afin d'éviter ou de détecter de telles pratiques à l'avenir. Elle devra se soumettre à des vérifications internes et externes, et afficher sur son site Internet la rétribution donnée aux médecins, que ce soit les honoraires, les frais de voyage et ceux d'hébergement.

Six dénonciateurs qui étaient à l'origine des poursuites recevront un total de 102 millions de dollars de cette somme.

Avec les informations de Agence France-Presse