•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Questions nationales au FFM

Image tirée du film « Questions nationales »
Image tirée du film « Questions nationales » Photo: FFM
Radio-Canada

Le documentaire Questions nationales, qui s'intéresse aux mouvements nationalistes du Québec, de la Catalogne et de l'Écosse, a fait salle comble au Festival des films du monde de Montréal.

Le Festival des films du monde de Montréal (FFM) présentait lundi soir en première un documentaire qui revient sur le nationalisme québécois. Questions nationales, de Jean-Pierre Roy et Roger Boire, est un film à petit budget qui établit un parallèle entre les aspirations des indépendantistes québécois et celles de leurs cousins d'Écosse et de Catalogne. Fait rare pour un documentaire: la projection a fait salle comble.

Les cinéastes partent d'un paradoxe: depuis 1976, les Québécois ont dit oui plusieurs fois au Parti québécois, mais ont toujours dit non à la souveraineté.

Pourquoi la souveraineté n'a-t-elle jamais été réalisée? « Un des mystères de ma vie, c'est que ça ne soit pas encore fait », dit l'ancien premier ministre Bernard Landry.

La question est discutée par des hommes de toutes allégeances politiques - l'ancien chef du Parti libéral Stéphane Dion côtoie Bernard Landry - ainsi que par des historiens et des experts.

Les cinéastes se targuent d'ailleurs d'avoir réalisé le premier documentaire non partisan sur le sujet.

La réflexion est aussi nourrie par les débats nationaux ailleurs dans le monde. En Écosse, malgré l'élection d'un gouvernement indépendantiste en 2005, deux Écossais sur trois rejettent toujours l'idée d'indépendance.

En Espagne, la Catalogne a adopté par référendum, en 2006, un statut d'autonomie, amendé puis approuvé par Madrid. Mais le tribunal constitutionnel s'apprête à éviscérer le projet, ce qui fait monter la tension dans la région. « C'est difficile d'avoir une cohabitation avec ceux qui se moquent de toi, avec ceux qui t'insultent », dit Antoni Bassas, de Catalunya Radio.

À suivre

Au Québec, Bernard Landry, comme d'autres péquistes, ne perd pas espoir de voir la souveraineté du Québec se réaliser de son vivant.

Rien n'est réglé, personne n'a gagné, rappelle l'historien Jocelyn Létourneau. « Ni Trudeau ni Lévesque n'ont gagné leur pari de québéciser les Québécois ou de canadianiser les Québécois. »

D'ailleurs, le film ne se termine pas par le mot « fin », mais par « à suivre ».

En salle

Plusieurs politiciens ont assisté à la projection de Questions nationales, lundi soir. Selon M. Landry, ce documentaire permettra de relancer la réflexion et de donner un nouveau souffle au débat sur la souveraineté.

À la sortie de la salle, la chef du Parti québécois, Pauline Marois, s'est dite frappée par le rôle qu'a joué la société civile dans le mouvement souverainiste catalan. « J'espère que ça va amener les Québécois à réfléchir et leur donner le goût de nous pousser un peu dans le dos », avance-t-elle.

Mme Marois avait d'ailleurs annoncé, lors d'une conférence de presse plus tôt dans la journée, que des représentants du Parti québécois parcourraient dans les prochains mois les cégeps et les universités pour parler d'indépendance énergétique et de souveraineté.

Questions nationales sera présenté au FFM pour une deuxième et dernière fois le 2 septembre, à 13 h. Le film sera ensuite présenté du 17 au 22 septembre au cinéma de l'ONF.