•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Metro achète les supermarchés GP

Épicerie

La chaîne de supermarchés GP, dont le siège social est situé à Mont-Joli, exploite 15 marchés d'alimentation dans la province et possède un chiffre d'affaires annuel de 300 millions de dollars.

Le géant de l'alimentation Metro achète la chaîne de supermarchés GP, qui vient de célébrer ses 50 ans d'existence. Les deux entreprises viennent de conclure une entente.

La chaîne de supermarchés GP, dont le siège social est situé à Mont-Joli, exploite 15 marchés d'alimentation dans la province et possède un chiffre d'affaires annuel de 300 millions de dollars.

La transaction implique les sept supermarchés de l'est de la province et les huit établissements de la région de Québec, qui arboraient déjà la bannière Metro à titre de franchisés.

Selon la directrice des affaires de Metro, Marie-Claude Bacon, il s'agit d'une suite logique à une association d'affaires qui dure depuis 40 ans.

C'est Rolande Pelletier qui a bâti l'entreprise familiale avec son mari Germain. Les supermarchés GP constituaient d'ailleurs la plus grande chaîne d'alimentation indépendante au Québec.

Tout comme son fils, l'actuel président-directeur général de la chaîne Guy Pelletier, la cofondatrice estime que la transaction était devenue inévitable.

Le groupe GP se retire donc complètement du secteur de l'alimentation pour se consacrer entièrement à l'immobilier. La transaction reste à être approuvée par les organismes de réglementation.

Guy Pelletier et le vice-président principal de Metro pour le Québec, Christian Bourbonnière, sont à Mont-Joli mardi. Ils expliqueront davantage les raisons qui ont mené à cette transaction, ainsi que son impact sur les 1800 employés du groupe GP.

Le maire de Mont-Joli réagit

De son côté, le maire de Mont-Joli, Jean Bélanger, s'est dit très déçu de l'achat des supermarchés GP par la chaîne d'alimentation Metro.

Le maire s'inquiète particulièrement de l'avenir du siège administratif de GP situé à Mont-Joli. Même si M. Bélanger est conscient qu'il s'agit d'une décision d'affaires, il a qualifié la journée de triste.