•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La journée de Ranger

Andrew Ranger

Andrew Ranger

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Andrew Ranger grimpe encore sur le podium, sur la 3e marche cette fois, à la course Nationwide au circuit Gilles-Villeneuve. Jacques Villeneuve finit 4e, et Patrick Carpentier abandonne au 15e tour.

Journée payante pour Andrew Ranger.

Après sa 2e position en NASCAR Canada, le pilote de Roxton Pond (Toyota no 11) a terminé 3e à la course Nationwide, dimanche, après s'être battu bravement contre les meilleurs pilotes de la NASCAR, notamment Carl Edwards.

« C'était impressionnant de rouler avec ces gars-là, a admis Ranger. Ce sont les meilleurs, et il faut prouver ce qu'on est capable de faire. Et j'ai prouvé que j'étais capable de finir sur le podium. La voiture était super bonne. Ç'a été toute une journée avec mon podium en NASCAR Canada. »

Même Edwards a été impressionné par la performance de Ranger.

« Qui est ce gars-là? Je ne connais même pas son nom, s'est exclamé l'Américain. Je ne sais pas d'où il vient, mais il a un sacré talent. »

Une épreuve encore perturbée par la pluie. Les premières gouttes ont commencé à tomber au 60e tour, alors qu'il y avait neutralisation et 14 tours à compléter.

Depuis le départ à 15 h, la course avait été disputée sur piste sèche, mais au 62e tour, la direction de course l'a arrêtée durant six minutes pour permettre aux équipes de se préparer (pneus de pluie et essuie-glace).

L'épreuve a été relancée à 18 h 15 avec 11 tours à faire. Deux autres neutralisations ont rallongé le suspense quelque peu. Et il a arrêté de pleuvoir avec 8 tours à faire.

Carl Edwards devance Marcos AmbroseAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Carl Edwards devance Marcos Ambrose.

C'est Carl Edwards (Ford no 60) qui a remporté la victoire, et il est allé la chercher. Il a rattrapé l'Australien Marcos Ambrose dans les deux derniers tours, et il l'a poussé à la faute dans le dernier virage. Edwards a tout juste devancé Ambrose (Toyota no 47) à l'arrivée.

« Je n'en reviens pas d'avoir gagné cette course. Je pensais que Marcos allait garder sa position, a dit Edwards. Il se passe toujours quelque chose à Montréal. Et ce public, des passionnés de course automobile! »

Jacques Villeneuve (Toyota no 32) a gagné 4 positions à la dernière relance avec 2 tours à faire. Il a fini 4e.

« Ç'a été ma course la plus folle. En F1, je n'aurais pas fait cinq mètres... Ces voitures NASCAR sont vraiment solides, a constaté Villeneuve. C'est peut-être pour cela qu'on se frappe autant. »

« Nos relances étaient vraiment bonnes, je dépassais toujours un paquet de voitures, a-t-il ajouté. Finir 4e, après tout ce qui s'est passé durant la course, c'est ça la NASCAR, c'est tellement imprévisible. »

Alexandre Tagliani a terminé 26e, mais il était 7e à 2 tours de l'arrivée. Un carambolage l'a fait dégringoler au classement.

« C'était le fun en o..., a-t-il admis. J'ai dépassé 99 autos, mon équipe les a comptées. Je suis remonté au classement à deux reprises. Et à 5 tours de l'arrivée, j'étais 7e, et il n'y avait pas une égratignure sur la voiture. »

« Mais à la fin, pour quelques places, il y a des pilotes qui étaient complètement déconnectés, c'est décevant. L'équipe ne méritait pas ça. »

Jean-François DumoulinAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jean-François Dumoulin à l'arrivée

Jean-François Dumoulin (Chevrolet no 23) a tenu bon, dans une voiture plusieurs fois rafistolée après quelques contacts. Il a terminé en 7e position, dans un nuage de fumée qui en disait long sur les souffrances de sa voiture...

Une superbe performance du Trifluvien.

Carpentier à la faute

Patrick Carpentier n'a pas eu à courir sous la pluie. Il avait fait un début de course extraordinaire, passant de la 40e position au départ à la 11e place au 12e tour.

Mais une erreur dans l'approche de l'épingle au 15e tour l'a condamné. Le moteur a lâché à la sortie du virage. Il s'est immobilisé dans la ligne droite du bassin olympique.

À sa sortie du centre médical (obligatoire), on l'a conduit directement à son motorisé pour ne pas avoir à répondre tout de suite aux journalistes. Il lui a fallu quelques minutes pour se calmer.

« C'est la première fois que ça m'arrive, a admis Carpentier à Radio-Canada Sports. Je pensais aux bagarres qui s'en venaient, et en rétrogradant, j'ai provoqué un surrégime, et le moteur n'a pas tenu. C'est d'autant plus enrageant que la voiture allait super bien. »

Au total, 11 pilotes ont abandonné, dont le vainqueur de l'an dernier, l'Ontarien Ron Fellows.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !