•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le papillome humain mis en cause

Le virus du papillome humain
Le virus du papillome humain Photo: Centers for Disease Control and Prevention
Radio-Canada

Environ la moitié des tumeurs péniennes, dont celles qui sont malignes, sont causées par l'un des virus transmissibles sexuellement les plus communs, celui du papillome humain.

Un virus transmissible sexuellement, le papillome humain (VPH), est la cause de l'apparition d'environ la moitié des tumeurs péniennes, dont celles qui sont malignes.

La Dre Silvia de Sanjose et ses collègues de l'Institut catalan d'oncologie de Barcelone pensent que les vaccins actuellement disponibles pour protéger les jeunes filles de différents types de cancers seraient également efficaces pour prévenir l'apparition du cancer du pénis chez l'homme.

Selon les estimations de Santé Canada, jusqu'à 75 % des femmes et des hommes actifs sur le plan sexuel auront au moins une infection au VPH durant leur vie.

Le cancer du pénis n'est toutefois pas commun, puisque moins de 1 % des adultes occidentaux le développent. Le pourcentage est cependant beaucoup plus élevé en Afrique et en Asie, où il grimpe à environ 10 %.

Chez la femme, le virus est associé aux cancers de l'utérus, de la vulve, du vagin et de l'anus. Chez l'homme, il peut aussi mener aux cancers de l'anus et du pénis.

Les autres facteurs de risques incluent:

  • un prépuce qui ne se rétracte pas
  • la non-circoncision
  • le manque d'hygiène
  • le tabagisme
  • de multiples partenaires
  • un historique de verrues génitales ou d'autres ITS

Les auteurs de l'étude ont évalué les résultats de 31 études majeures reliées à ce cancer publiées entre 1986 et 2008. Ils ont ainsi étudié en détail plus de 1400 cas.

Les tumeurs péniennes ont été associées aux VPH dans 47 % des cas. Près de la moitié de ceux-ci ont été associés aux types 16 et 18 du virus, qui causent aussi le cancer du col de l'utérus et qui sont traités par les vaccins Gardasil et Cervarix.

L'équipe espagnole estime qu'environ 7000 cas de cancer du pénis pourraient être évités annuellement en éradiquant le VPH 16 et 18 chez l'homme.

D'autres études sont actuellement en cours afin de mieux documenter le rôle du VPH dans la naissance des tumeurs péniennes.

Le détail de cette recherche est publié dans le Journal of Clinical Pathology.

Au Québec, il existe un programme de vaccination pour protéger les filles du cancer du col de l'utérus. Le vaccin disponible pour les 9 à 26 ans est efficace à 70 % contre le virus du papillome humain.

Avec les informations de Agence France-Presse, Santé Canada, et CDCP