•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CSeries, pièce par pièce

Une partie du fuselage de la CSeries.

Une partie du fuselage de la CSeries.

Photo : Daniel Bordeleau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La mise au point de la nouvelle famille d'avion de ligne CSeries vient d'entrer dans une nouvelle phase. La première section de fuselage, fabriquée à Shenyang, en Chine, vient d'arriver à Montréal.

L'appareil CSeries de Bombardier ressemble à un énorme casse-tête dont les pièces sont fabriquées dans une dizaine de pays. L'arrivée d'une section de fuselage fabriquée en Chine prend toutefois une importance particulière.

Selon Benjamin Bohem, vice président Avions commerciaux de Bombardier, cette section de fuselage permettra de tester la résistance des matériaux utilisés. Parmi ces nouveaux matériaux, l'aluminium-lithium qui sera utilisé pour le fuselage central. Cette nouvelle variété d'aluminium, qui est un alliage d'aluminium et de lithium, est à la fois plus légère et plus résistante que l'aluminium traditionnel utilisé dans les avions commerciaux. Pour tester sa rigidité, Bombardier simulera l'équivalent de 180 000 vols, ce qui représente 3 fois la vie normale d'un appareil.

Les pièces importantes du CSeries proviennent d'une dizaine de pays. Le fuselage central est fabriqué par Shenyang Aircraft corporation à Dalian en Chine. Le poste de pilotage et l'empennage seront fabriqués par Bombardier à ville Saint-Laurent. Les ailes seront fabriquées par Bombardier à Belfast. Pratt & Withney Canada fournira les moteurs, qui seront fabriqués à Mirabel. C'est également à Mirabel que Bombardier effectuera l'assemblage final de l'avion.

Un grand nombre de pièces seront manufacturées aux États-Unis. Esterline Control Systems Korry de Bellevue, dans l'État de Washington, fournira les panneaux de commandes du poste de pilotage. Goodrich Corp. de Charlotte, en Caroline du Nord, fournira des systèmes de données aérodynamiques, de détection du givrage et d'éclairage. Meggitt Aircraft fournira les roues et les freins électromécaniques. Mentionnons également la participation de Hamilton Sundstrand, Honeywell, L-3 Aviation Recorder, Panasonic Avionics Parker Air & Fuel, Senior Aerospace SSP et Rockwell Collins.

En Europe, la compagnie belge Sonaca fournira les bords d'attaque fixes. Senior Aerospace SSP de Grande-Bretagne fournira les systèmes de climatisation et de pressurisation. La compagnie italienne Magnaghi & Salver fabriquera les volets, déflecteurs et trappes de train d'atterrissage en matériaux composites. Liebherr-Aerospace Lindenberg d'Allemagne fournira le train d'atterrissage. Mentionnons également C&D Zodiac, Alenia Aeronautica et Fokker.

Enfin, la compagnie montréalaise CAE fournira les simulateurs de vol et l'équipement du centre d'essais de Mirabel.

Le plus grand défi pour Bombardier, c'est toutefois de trouver des acheteurs pour le CSeries, mais Benjamin Bohen demeure optimiste.

Grâce à la famille d'avions CSeries, Bombardier a vendu plus d'appareils au dernier salon de l'aviation du Bourget que la plupart de ses concurrents. Ce qui justifie l'optimisme de Benjamin Bohen: « Les statistiques des ventes actuelles indiquent qu'on a même plus [de ventes] que Boeing et Airbus cette année dans le marché du CSeries. »

Chronologie du CSeries

2004 - Début des études de faisabilité d'un nouvel avion de ligne. L'équipe initiale a employé jusqu'à 400 personnes.

2006 - En janvier, la direction de Bombardier décide de suspendre le programme. L'équipe du CSeries est réduite à une cinquantaine de personnes qui poursuivent les études en cours. L'insuffisance des commandes est la principale raison donnée pour ce coup d'arrêt.

2007 - En novembre Bombardier et Pratt & Withney concluent un partenariat commercial et technologique. Le CSeries utilisera exclusivement un nouveau moteur de type « Turbosoufflante à réducteur » mis au point par Pratt & Withney.

2008 - Année décisive pour le CSéries Le 22 février, le conseil d'administration de Bombardier ouvre officiellement le carnet de commande du CSeries. Deux versions sont annoncées. Le CS100 transportera 110 passagers alors que le CS300 pourra en transporter jusqu'à 145. En Avril, le moteur du CSeries, fabriqué par Pratt & Withney commence ses vols d'essais. En juillet ce moteur prendra le nom de PW1000. Le 13 juillet, la compagnie allemande Deutsche Luftansa signe une lettre d'intention portant sur 30 avions plus 30 options.

2009 - Accélération des travaux Le 11 mars, Detsche Luftansa signe une entente ferme pour 30 CS100. Ces avions seront exploités par sa filiale Swiss International Air Lines. L'entente confirme 30 options additionnelles. Le 30 mars, Lease Corporation International Aviation Ltd. signe une entente d'achat ferme pour 3 CS100 et 17 CS300. L'acheteur prend également pris une option pour 20 appareils additionnels. Le 24 août, Bombardier annonce l'arrivée d'une première section de fuselage fabriqué par la compagnie chinoise Shenyang Aircraft corporation. Cette pièce permettra de tester la résistance de l'aluminium-lithium utilisé pour la fabrication du fuselage central du CSeries.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !