•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les révélations de Tom Ridge

Tom Ridge

L'ancien secrétaire américain à la Sécurité intérieure, Tom Ridge (archives)

Photo : AFP / CHIP SOMODEVILLA

Radio-Canada

Dans un livre à paraître, l'ex-secrétaire américain à la Sécurité intérieure révèle que des collaborateurs du président Bush l'ont mis sous pression pour qu'il augmente le niveau d'alerte terroriste en vue de la présidentielle de 2004.

Selon l'ancien secrétaire américain à la Sécurité intérieure, Tom Ridge, l'administration de George W. Bush aurait tenté d'instrumentaliser la lutte contre le terrorisme.

Dans un livre qui doit être publié au début de septembre, M. Ridge révèle que des collaborateurs du président George Bush l'ont mis sous pression, mais en vain, pour qu'il augmente le niveau d'alerte terroriste en vue des élections présidentielles de 2004.

Il affirme que Donald Rumsfeld, qui était alors secrétaire à la Défense, et John Ashcroft, secrétaire à la Justice de l'époque, l'ont pressé d'élever le niveau de la menace, représenté par différentes couleurs.

Dans des extraits du livre The Test of Our Times: America Under Siege... And How We Can Be Safe Again, qui ont été diffusés par son éditeur Thomas Dunne Books, Tom Ridge écrit qu'il a refusé d'obtempérer à cette demande.

Cette mésaventure m'a confirmé dans mon intention de quitter le gouvernement fédéral pour aller travailler dans le secteur privé.

Tom Ridge

Du public au privé

Tom Ridge, qui est l'ancien gouverneur de Pennsylvanie, a été le premier à occuper le poste de secrétaire à la Sécurité intérieure. Ce département a été créé par l'administration Bush en novembre 2002 en réponse aux attaques terroristes du 11 septembre 2001.

En novembre 2004, après la réélection de George Bush, cet avocat démissionnait du gouvernement pour des raisons familiales. Après 22 ans dans ce secteur, il désirait aussi quitter les affaires publiques pour revenir dans le secteur privé.

Quelques mois avant l'élection présidentielle de 2004, certains critiques du président Bush s'étaient demandés si son gouvernement ne tentait pas de prétexter une éventuelle nouvelle attaque terroriste sur le sol américain.

Elle aurait eu pour but de promouvoir la « guerre contre le terrorisme », alors populaire, permettant ainsi de reléguer au second rang les dommages politiques causés par la guerre en Irak. Cette dernière était alors fort critiquée.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Pittsburgh Post-Gazette