•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal au 32e rang

Le centre-ville de Montréal

Le centre-ville de Montréal

Photo : CP PHOTO/Ryan Remiorz

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Selon la banque suisse UBS, Montréal se classe juste après Toronto dans la liste des villes les plus chères au monde, occupant le 32e rang d'un palmarès de 73 villes.

Montréal n'est pas la ville la plus chère au monde. Mais la métropole du Québec se situe tout de même au 32e rang des villes les plus chères au monde, juste après Toronto, selon une étude effectuée par la banque suisse UBS. Le palmarès d'UBS compte 73 villes d'importance.

La banque suisse a établi son classement sur la base des prix de 122 biens et services, et elle a mené son étude en mars et en avril dernier.

En Amérique du Nord, un travailleur habitant une grande ville américaine dispose de plus de pouvoir d'achat avec son dollar, après déduction d'impôt et prélèvements sociaux, qu'un citadin de Montréal ou de Toronto. Mais UBS souligne que le salaire horaire des Montréalais et des Torontois est aussi moins élevé que celui des habitants de New York ou de Chicago.

Comparer Oslo à Mumbai

Les villes où s'approvisionner coûte le plus cher sont Oslo, Zurich, Copenhague, Genève, Tokyo et New York. À l'opposé, Kuala Lumpur, Manille, Delhi et Mumbai sont parmi les moins coûteuses.

En Europe occidentale, les habitants de Genève et de Zurich paient en moyenne 20 % de plus que les autres citadins européens pour se loger et se nourrir. Mais en contrepartie, les Zurichois et les Genevois reçoivent les salaires les plus élevés au monde, selon UBS.

Au Caire et à Séoul, révèle encore UBS, on travaille annuellement 600 heures de plus qu'en Europe occidentale.

Le prix d'un ipod nano

Pour rendre son étude plus éloquente, UBS a calculé combien de temps il faut à un travailleur d'une ville déterminée pour acheter, par exemple, un iPod nano.

Ainsi, un salarié moyen à Zurich ou à New York met neuf heures de travail pour s'offrir ledit iPod nano. À Mumbai, il faut 20 jours à un travailleur pour acheter le même iPod nano (en supposant que ce travailleur soit au poste neuf heures par jour).

Fait intéressant, c'est à Montréal, Séoul, Sydney, Auckland et Jakarta que ce même iPod nano coûte le moins cher (une fois qu'on a exclu les frais de dédouanement). Le prix moyen dans ces villes pour cet article étant de 130 $US, toujours d'après l'étude d'UBS.

La banque suisse mène ce genre d'études depuis 1971.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !