•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La brèche hongroise

Simone Sobel et Walter Sobel figurent parmi les premiers Est-Allemands à avoir franchi la frontière.

Simone Sobel et Walter Sobel figurent parmi les premiers Est-Allemands à avoir franchi la frontière.

Photo : AFP / Ferenec Isza

Radio-Canada

Il y a 20 ans, plus de 600 Allemands de l'Est ont forcé les grillages de la frontière austro-hongroise pour passer à l'Ouest. Trois mois plus tard, le Mur de Berlin tombait.

La Hongrie fête mercredi en présence de la chancelière allemande Angela Merkel le 20e anniversaire du passage de 661 Allemands de l'Est vers l'Ouest.

Ce passage en masse avait été le premier exode de citoyens de l'ex-République démocratique d'Allemagne (RDA) hors du bloc soviétique depuis la construction du Mur de Berlin en 1961.

Profitant d'un pique-nique paneuropéen près de la frontière austro-hongroise, ces citoyens de l'Allemagne de l'Est de l'époque ont forcé les grillages pour fuir.

Organisé par l'opposition hongroise et le mouvement paneuropéen sous l'égide du fils du dernier empereur d'Autriche-Hongrie, Otto Von Habsbourg, ce rassemblement campagnard devait célébrer la réconciliation entre la Hongrie et l'Autriche après plus de 20 ans d'isolement par le rideau de Fer.

Avant cet événement, le régime hongrois avait donné des signes d'ouverture. Dès mai 1989, les autorités hongroises avaient entamé le démantèlement des grillages de barbelés séparant le pays de l'Occident pour des raisons idéologiques, mais aussi financières, car la réfection coûtait trop cher. Moscou n'avait pas réagi.

La frontière devait être ouverte symboliquement pendant trois heures et la nouvelle avait attiré les Allemands de l'Est désireux de fuir leur pays.

Exode

Des milliers de citoyens de l'ex-RDA avaient trouvé refuge dans des camps et les ambassades d'Allemagne de l'Ouest lors des mois suivants à Budapest et à Prague avant de pouvoir émigrer légalement à l'Ouest.

Les gardes-frontières hongrois n'avaient pas eu de consignes de répression pour cette journée, et lors de l'arrivée des centaines d'Allemands de l'Est, ils ont fermé les yeux.

En face, leurs collègues autrichiens ont immédiatement dirigé les réfugiés vers des centres d'accueil d'où la plupart ont pu rapidement regagner l'Allemagne de l'Ouest et leurs familles dont ils vivaient séparés.

L'ex-chancelier allemand Helmut Kohl, après la réunification des deux Allemagnes, avait affirmé que la Hongrie a été le lieu « où la première pierre a été retirée du Mur de Berlin ».

Avec les informations de Agence France-Presse