•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brenda Paris se rallie à Louise Harel

Brenda Paris, candidate pour Brenda Paris, candidate pour Vision Montréal
Brenda Paris, candidate pour Vision Montréal
Radio-Canada

Coup de théâtre sur la scène municipale : la présidente d'Union Montréal, Brenda Paris, passe dans le camp de Louise Harel.

Brenda Paris et David B. Hanna affirment que c'est par déception envers l'administration du maire Gérald Tremblay qu'ils ont décidé de se rallier à Louise Harel, de Vision Montréal, candidate à la mairie.

Louise Harel a présenté ses deux nouveaux candidats mardi. Brenda Paris brigue la mairie de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce. Pour sa part David B.Hanna se présente comme conseiller de ville dans le district de Notre-Dame-de-Grâce, qu'il habite depuis 1975.

Bien connue de la communauté anglophone montréalaise, Brenda Paris a présidé pendant quatre ans le parti de Gérald Tremblay, Union Montréal. Cette gestionnaire a travaillé pendant 23 ans au Collège Dawson. Elle affirme qu'il doit y avoir un changement de mentalité dans la gestion de Montréal.

« Pas d'écoute, ni de vision »

Faisant référence aux événements qui se sont déroulés dans l'arrondissement de Montréal-Nord, Brenda Paris a dénoncé l'absence de politique pour l'inclusion des minorités au sein de la présente administration.

Elle reproche de plus à Gérald Tremblay et à son équipe de ne pas être à l'écoute de la population et de manquer de vision. Brenda Paris affirme que les cinq enquêtes policières en cours, sur la scène municipale, ont achevé de la convaincre de changer de parti.

De son côté, David B. Hanna avait déjà milité pour le parti Projet Montréal de Richard Bergeron. Ce directeur du Département d'études urbaines et touristiques de l'UQAM est l'auteur de publications sur le transport, le patrimoine et le logement.

David B. Hanna n'a pas caché sa déception sur la manière dont les projets sont menés à Montréal. Il a donné pour exemple le projet Griffintown; selon lui il aurait fallu, pour ce projet, consulter l'ensemble des Montréalais plutôt que seulement ceux qui habitent l'arrondissement du Sud-Ouest.

Pour Louise Harel, l'arrivée de ces deux candidats au sein de Vision Montréal constitue une percée dans le milieu anglophone montréalais. Mardi l'ex-ministre péquiste a d'ailleurs dit qu'elle souhaitait rassembler francophones et anglophones à Montréal.

À l'approche des élections municipales du 1er novembre, de nouvelles mises en candidature sont attendues. Union Montréal devrait notamment annoncer sous peu son candidat à la mairie dans l'arrondissement Montréal-Nord.

D'après un reportage de Benoît Chapdelaine.

Avec les informations de Cyberpresse

Aucun thème sélectionné