Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grippe en questions

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.



La deuxième vague de grippe A (H1N1) atteint maintenant l'hémisphère nord. Cette nouvelle grippe, apparue en mars 2009 au Mexique, s'est rapidement répandue dans toutes les régions du monde. Avec l'arrivée prochaine de l'hiver, saison propice à la transmission de la grippe, le Canada a entrepris une campagne massive de vaccination.

Pour connaître les lieux de vaccination dans votre province ou votre territoire, consultez notre carte interactive.

carte

La liste des cliniques de grippe ouvertes au Québec se trouve ici (Nouvelle fenêtre).



LA GRIPPE

  • Quels sont les symptômes de la grippe A (H1N1)?

Plusieurs symptômes sont semblables à ceux de la grippe saisonnière:

  • fièvre
  • toux
  • maux de tête
  • fatigue
  • douleurs musculaires
  • écoulement nasal
  • congestion nasale
  • frissons

Des maux de gorge peuvent éventuellement survenir.

Bon nombre de personnes atteintes souffrent aussi de vomissements et de diarrhée.

La grande majorité des personnes infectées par le virus A (H1N1) guérissent en une semaine, même sans traitement médical.

  • Quelles sont les complications les plus fréquentes de la grippe A (H1N1)?

Dans un très petit nombre de cas, l'infection par le virus A (H1N1) provoque des symptômes très sévères qui nécessitent des traitements aux soins intensifs et peuvent entraîner la mort.

Certains de ces cas très graves touchent des personnes en bonne santé, dont le système immunitaire s'emballe sans qu'on sache pourquoi.

Le portrait clinique le plus fréquent est une grave pneumonie virale qui survient dans les jours qui suivent l'apparition des premiers symptômes. Ces patients souffrent d'insuffisance respiratoire et doivent être placés sous ventilation mécanique.

Parmi les complications graves de la grippe A (H1N1), les médecins rapportent aussi la surinfection bactérienne et l'aggravation de maladies pulmonaires chroniques, comme l'asthme.

Selon une étude sur des animaux, le virus A (H1N1) a tendance à pénétrer plus profondément dans les voies respiratoires que le virus de la grippe saisonnière. Une étude en laboratoire a aussi montré que le virus a plus d'affinité pour les cellules des poumons que celui de la grippe saisonnière qui, lui, se tient dans les voies respiratoires supérieures (nez et gorge). Ces caractéristiques peuvent entraîner une baisse de la quantité d'oxygène dans le sang, voire une détresse respiratoire.

  • Qui sont les personnes les plus vulnérables?

Le nouveau virus ne touche que très peu les personnes de plus de 65 ans, le groupe d'âge dans lequel la grippe saisonnière cause le plus de décès.

Certaines catégories de personnes sont plus à risque de complications pouvant entraîner la mort si elles sont infectées par le nouveau virus A (H1N1). C'est le cas des femmes enceintes, qui représentent 5 % des hospitalisations pour la grippe A (H1N1) et 5 % des décès, alors qu'elles ne comptent que pour 1 % de la population canadienne.

Par ailleurs, la grippe pandémique frappe très fortement les populations autochtones du Canada, sans qu'on connaisse précisément les raisons de cette vulnérabilité. Ainsi, les Autochtones, qui composent 3 % de la population canadienne, représentent 18 % des hospitalisations, 16 % des admissions aux soins intensifs et 13 % des décès dus à la grippe A (H1N1) au Canada.

Certains problèmes de santé prédisposent également aux complications de la grippe A (H1N1), notamment:

  • l'asthme
  • le diabète
  • les maladies cardiaques ou pulmonaires chroniques nécessitant des soins
  • les maladies rénales
  • l'immunodéficience ou l'immunosuppression
  • les troubles des reins, du foie ou du sang
  • le cancer
  • les problèmes neurocognitifs
  • les problèmes neuromusculaires

Des études préliminaires permettent aussi de croire que l'obésité constitue un facteur de risque de complications.

Pendant la première vague de la grippe, d'avril à la fin août, 85 % des décès sont survenus chez des gens qui avaient déjà des problèmes de santé. Depuis le début de la deuxième vague, ce taux est de 70 %.

Par ailleurs, les complications surviennent chez des personnes relativement jeunes. L'âge médian des personnes hospitalisées est de 26 ans.

Pour les admissions aux soins intensifs, l'âge médian est de 45 ans et pour les décès, 53 ans.

asthme-enfantsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les jeunes enfants asthmatiques sont vulnérables aux complications de la grippe

LE VACCIN

  • Que contient le vaccin?

Le vaccin contient une très petite quantité de virus qui a été fragmenté et inactivé. Il peut ainsi provoquer une réaction immunitaire sans risque de transmettre la maladie.

Le vaccin contient aussi un agent de conservation: le thimérosal. Cette substance, à base de mercure, est ajoutée aux flacons qui contiennent plusieurs doses du vaccin. En empêchant les bactéries de s'y multiplier, elle en conserve la stérilité.

Quant à l'adjuvant, c'est une substance qui stimule la réaction immunitaire. Il permet donc d'utiliser moins de virus inactivé par dose de vaccin. Cet adjuvant est un mélange de squalène (une substance extraite de l'huile de requin), de vitamine E, de polysorbate (un émulsifiant) et d'eau. Selon l'Agence de santé publique du Canada, il améliorerait aussi l'efficacité du vaccin si le virus subissait des mutations.

  • Le thimérosal est-il dangereux?

Le thimérosal est ajouté au vaccin comme agent de conservation. Le vaccin avec adjuvant contient une très faible quantité de thimérosal, 5 microgrammes (mcg) par dose de 0,5 ml. En comparaison, le vaccin contre la grippe saisonnière et celui contre la grippe A (H1N1) sans adjuvant utilisé au Québec en contiennent 10 fois plus, soit 50 mcg par dose de 0,5 ml.

Le thimérosal est un dérivé du mercure.

Ce qu'il faut savoir, c'est que la forme de mercure qui peut provoquer des lésions cérébrales et nerveuses graves est le méthylmercure, qui se trouve dans l'environnement.

Des études montrent que, dans l'organisme, le thimérosal se transforme en éthylmercure qui, contrairement au méthylmercure, est excrété rapidement de l'organisme et donc risque peu de s'y accumuler.

  • Quels sont les effets secondaires du vaccin?

Les plus fréquents sont: maux de tête, fatigue, douleur, présence d'une bosse à l'endroit de l'injection, douleurs articulaires, qui surviennent chez une personne sur 10 environ.

De façon assez courante, soit chez une à 10 personnes sur 100, on observe aussi des symptômes grippaux, des frissons ou de la sueur.

D'autres effets secondaires surviennent rarement (chez une à 10 personnes sur 1000): picotements aux pieds ou aux mains, somnolence, démangeaisons, nausée ou diarrhée.

Dans un cas sur 100 000 en moyenne, une personne qui vient de recevoir le vaccin peut avoir un choc anaphylactique, c'est-à-dire une réaction allergique violente qui peut entraîner la mort si elle n'est pas traitée rapidement. Cette réaction, qui entraîne une brusque chute de pression, survient habituellement dans les minutes qui suivent l'administration du vaccin. C'est pour cette raison qu'on demande aux gens qui viennent de se faire vacciner d'attendre 15 minutes avant de quitter le centre de vaccination. Lorsque ce type de réaction survient, le personnel la traite immédiatement, notamment par l'injection d'épinéphrine (ou adrénaline).

En 1976, un vaccin contre la grippe porcine utilisé aux États-Unis a été associé à l'apparition du syndrome de Guillain-Barré dans un cas de vaccination sur 100 000. Cette maladie auto-immune peut entraîner la paralysie, en général de façon réversible.

Pour les vaccins grippaux qui ont été administrés dans les années subséquentes, le risque de Guillain-Barré a été estimé à un cas sur un million au maximum.

Mais le fait d'avoir la grippe est également un facteur de risque pour ce syndrome. « Le risque de Guillain-Barré post-maladie grippale est environ 18 fois plus élevé », affirme le Dr Karl Weiss, microbiologiste-infectiologue à l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Comme le virus A (H1N1) comporte des caractéristiques de la grippe porcine (comme celui de 1976), l'OMS recommande la surveillance des cas de Guillain-Barré. Le Canada a mis au point un système de surveillance des effets secondaires du vaccin.

  • La vaccination peut-elle engendrer des mutations résistantes qui rendraient les virus plus virulents?

Non, répond le Dr Richard Marchand, à l'émission Les Années lumière.

  • Combien de doses du vaccin contre la grippe A(H1N1) doivent être administrées à une personne pour obtenir une protection suffisante?

L'administration d'une seule dose de vaccin sera suffisante chez la majorité des personnes.

Toutefois, chez les enfants âgés de 6 mois à 9 ans, les experts interprètent différemment les résultats préliminaires d'une étude espagnole.

Les autorités fédérales recommandent deux demi-doses du vaccin avec adjuvant, espacées d'au moins 21 jours, pour les enfants qui ont plus de 6 mois et moins de 3 ans, et pour les enfants de 3 à 9 ans qui souffrent de maladies chroniques. Les autres devraient recevoir une seule demi-dose.

Au Québec, par contre, les autorités recommandent une seule demi-dose du vaccin avec adjuvant pour les 6 mois à 9 ans. Seuls les enfants immunosupprimés de ce groupe d'âge devraient recevoir deux demi-doses espacées d'au moins 21 jours.

Il faut 10 à 14 jours pour que le vaccin fasse effet.

  • Est-ce que d'autres vaccins peuvent être administrés en même temps que le vaccin contre la grippe A(H1N1)?

Le vaccin contre la grippe A(H1N1) peut être administré en même temps, ou n'importe quand avant ou après un vaccin vivant ou inactivé.

  • Que peut-on conseiller à une personne qui présente une allergie aux oeufs ou au poisson?

Le vaccin est fabriqué sur des oeufs embryonnés. Les personnes allergiques aux oeufs ne devraient donc être vaccinées que sous supervision médicale. Au Québec, ces personnes peuvent être vaccinées en présence de médecins dans certains établissements désignés.

Quant au squalène contenu dans l'adjuvant, il s'agit d'une huile purifiée qui ne contient aucune protéine de poisson (les allergies au poisson sont causées par les protéines du poisson). De plus, le squalène est naturellement présent dans le corps humain. Les autorités de la santé publique considèrent donc que les personnes allergiques au poisson ou aux fruits de mer peuvent recevoir le vaccin avec adjuvant.

  • Est-ce qu'une personne qui a contracté le virus de la grippe A (H1N1) peut recevoir le vaccin?

Il est inutile de vacciner les personnes qui ont déjà présenté une infection à la grippe A (H1N1) confirmée par un examen en laboratoire. Ces personnes bénéficient selon toute vraisemblance d'une protection acquise naturellement. Il n'y a toutefois aucun danger à se faire vacciner si on a déjà eu la grippe A (H1N1).

LA CAMPAGNE DE VACCINATION

  • Qui devrait se faire vacciner?

Le Canada a commandé 50,4 millions de doses du vaccin contre la grippe A (H1N1). Pour le moment, l'Agence de santé publique du Canada recommande une seule injection, ce qui permettra à chacun des 33,7 millions de Canadiens d'être vacciné s'il le souhaite. La vaccination n'est pas obligatoire.

  • Est-ce qu'un vaccin sans adjuvant sera disponible?

Oui, un petit nombre de vaccins sans adjuvant sont disponibles pour être administrés aux femmes enceintes. Il s'agit là d'une mesure de prudence puisque rien n'indique que l'adjuvant puisse être néfaste pour les femmes enceintes.

  • Pourquoi les personnes âgées de plus de 65 ans n'ont-elles pas été vaccinées en priorité?

Les personnes de ce groupe d'âge sont nettement moins affectées par ce virus. Les experts en santé estiment qu'elles ont probablement développé une immunité après avoir été exposées, entre 1918 et 1950, à des virus apparentés à celui de la grippe A (H1N1). Elles sont ainsi probablement moins à risque de contracter cette infection.

  • Comment surveillera-t-on les effets secondaires que l'administration du vaccin contre le virus de la grippe pandémique A(H1N1) pourrait provoquer?

Au Canada, il existe un système de surveillance des manifestations cliniques inhabituelles. Les médecins et les infirmières sont tenus de signaler tous les effets secondaires qui pourraient être reliés à l'administration d'un vaccin. La même obligation s'applique pour le vaccin contre le virus de la grippe A(H1N1) pour lequel un plan de surveillance a été spécifiquement élaboré.

  • Où peut-on se faire vacciner?

Chaque province ou territoire est responsable de l'organisation de la vaccination sur son territoire. Cliquez sur une province ou un territoire pour connaître les lieux de vaccination.

  • Est-ce qu'une personne peut choisir le vaccin qu'elle désire recevoir?

Non. La petite quantité de vaccin sans adjuvant ne le permet pas.

  • Peut-on se faire vacciner dans les cliniques privées?

Au Québec, le vaccin n'est disponible que dans le réseau public de santé. D'autres provinces peuvent avoir des politiques différentes.

  • Pourquoi y a-t-il des différences entre les provinces du Canada et d'autres pays en matière de vaccin et de programme de vaccination?

Pour une même maladie, les autorités de santé publique prennent des décisions différentes. Ces dernières sont basées sur des objectifs différents des considérations internationales ou la demande de la population et des professionnels de la santé. Tous ces facteurs et d'autres peuvent expliquer les différences entre le Canada et d'autres pays.

De plus, au Canada, ce sont les provinces et territoires qui sont responsables de l'administration du vaccin.

  • Qu'arrive-t-il aux professionnels de la santé qui ne veulent pas se faire vacciner?

Le protocole d'intervention, s'il y a une éclosion d'influenza, prévoit le recours à la réaffectation ou au retrait du milieu de travail de certains professionnels.

LA PRÉVENTION ET LES TRAITEMENTS


  • Comment la nouvelle grippe A (H1N1) se transmet-elle?

Les spécialistes croient que le virus de la grippe A (H1N1) se transmet de la même façon que le virus de la grippe saisonnière, c'est-à-dire à partir des gouttelettes du nez et de la bouche de la personne infectée.

Le virus est susceptible de se transmettre lors de contacts rapprochés avec une personne grippée, si elle projette des gouttelettes en toussant ou en éternuant. Il suffit de toucher un objet contaminé et de porter ensuite sa main à son nez, à sa bouche ou à ses yeux pour être infecté par le virus.

Les virus de la grippe peuvent survivre sur des surfaces inertes, comme des poignées de porte ou des claviers d'ordinateurs, et demeurer infectieux pendant deux à huit heures. Ils survivent mieux dans des endroits frais et secs.

Une personne atteinte peut être contagieuse 24 heures avant d'avoir des symptômes et peut le demeurer pendant 7 à 10 jours.

  • Que peut-on faire pour éviter la contagion?

Des mesures d'hygiène de base permettent de réduire le risque de contracter ou de transmettre le virus de la grippe:

  • Se laver les mains fréquemment ou utiliser un gel antiseptique pour les mains;
  • Couvrir sa bouche avec le creux du coude ou le haut du bras lorsqu'on tousse ou qu'on éternue;
  • Rester à la maison lorsqu'on est malade;
  • Consulter un médecin au besoin.

En outre, Santé Canada recommande aux personnes vulnérables d'éviter les grands rassemblements.

Les autorités de santé publique ne recommandent pas le port du masque pour les personnes qui ne sont pas grippées. Selon elles, le risque de contamination augmente lorsque le masque n'est pas porté adéquatement.

  • Existe-t-il des traitements?

Certains médicaments antiviraux semblent efficaces contre le virus de l'influenza A (H1N1). C'est le cas notamment de l'oseltamivir (Tamiflu) et du zanamivir (Relenza).

Des médicaments antivirauxAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des médicaments antiviraux (archives)

Photo : La Presse canadienne / AP Photo/Apichart Weerawong

Ces médicaments empêchent le virus de se multiplier dans l'organisme; ils diminuent donc sa contagiosité. Idéalement, ils devraient être administrés dans les 30 heures qui suivent l'apparition des symptômes. Dans ces conditions, la durée des symptômes est réduite d'un maximum de deux jours. Lorsque le traitement commence 48 heures après le début des symptômes, la réduction de la durée des symptômes est moindre, soit un maximum de 1,5 jour.

Les principaux effets secondaires de ces traitements sont des problèmes respiratoires, des maux de tête, des nausées et des vomissements. Ces deux derniers effets sont réduits lorsque le médicament est pris avec de la nourriture.

Certaines souches de virus résistantes à l'oseltamivir ont fait apparition sporadiquement dans certains pays, dont le Canada. Afin d'éviter la multiplication de souches résistantes, l'Agence de santé publique du Canada recommande que ce médicament soit prescrit par un médecin et ne soit administré qu'à ceux qui en ont le plus besoin.

L'OMS et l'Agence de santé publique du Canada jugent que le Tamiflu peut être administré à de jeunes enfants lorsque le médecin le juge nécessaire, même si une étude du British Medical Journal a mis en doute l'utilisation de ce médicament chez les moins de 12 ans.

Il faut dire qu'au Royaume-Uni, le Tamiflu est en vente libre, à la suite d'un simple appel téléphonique.

  • Que doit-on faire si on a les symptômes de la grippe?

Une personne habituellement en bonne santé devrait guérir d'elle-même de la grippe, selon le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. Le ministère invite ces personnes à rester chez elles, à éviter les contacts avec d'autres personnes et à adopter de bonnes pratiques d'hygiène pour ne pas répandre le virus. Les personnes malades devraient porter un masque lorsqu'elles se trouvent en présence d'autres personnes.

Dans les cas suivants, il est recommandé de consulter un médecin si on présente les symptômes de la grippe:

  • grossesse
  • enfant de moins de 2 ans dont la température dépasse 38 degrés
  • enfant qui semble très malade, sans énergie et qui est difficile à réveiller
  • personne de plus de 65 ans
  • maladies chroniques prédisposant à des complications
  • douleurs ou difficulté à respirer
  • vomissements depuis plus de 4 heures
  • confusion
  • convulsions

Au Québec, des cliniques de grippe ont été mises sur pied pour les personnes qui ont de graves symptômes grippaux, soit:

  • Fièvre soutenue
  • Difficulté à respirer
  • Douleur pendant la respiration
  • Vomissements depuis plus de 4 heures
  • Fièvre chez un enfant trop calme, moins énergique qu'à l'habitude, qui refuse de jouer ou qui est agité
Cliquez sur une région pour voir où se trouvent les cliniques de grippe.


  • Que doit-on faire si on a été en contact avec une personne atteinte?

Les Centers for disease control des États-Unis recommandent la poursuite des activités normales et l'adoption de bonnes mesures d'hygiène. Si les symptômes de la grippe apparaissent, on peut consulter un professionnel de la santé.

POUR PLUS D'INFORMATION

Plusieurs sites gouvernementaux fournissent des renseignements pratiques sur la grippe (voir la liste ci-dessous). Il existe aussi des lignes téléphoniques où on peut demander des renseignements.

Ligne d'information sur la grippe A (H1N1) de Services Québec:
1-877-644-4545
Pour tout renseignement spécifique sur un problème de santé, il vaut mieux communiquer avec la ligne Info-Santé, au 8-1-1.

Ligne d'information de l'Agence de santé publique du Canada:
1-800-454-8302

Consultez aussi les émissions de Radio-Canada qui ont donné des renseignements pratiques sur la grippe et sur la vaccination.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !