•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Messages contradictoires sur la mort du chef

Le chef des talibans pakistanais, Baïtullah Mehsud
Le chef des talibans pakistanais, Baïtullah Mehsud Photo: La Presse canadienne / APTN
Radio-Canada

Les talibans mettent au défi le Pakistan de prouver que leur chef Baïtullah Mehsud est véritablement mort, tandis qu'Islamabad redoute que le réseau Al-Qaïda cherche à installer son propre pour succéder à Mehsud.

À la suite de la mort présumée du chef Baïtullah Mehsud, le Pakistan redoute que le réseau terroriste Al-Qaïda cherche à installer son propre chef à la tête des talibans pakistanais.

Sur les ondes de la BBC, le ministre pakistanais de l'Intérieur, Rehman Malik, s'est dit inquiet qu'Al-Qaïda se regroupe et cherche à trouver quelqu'un pour l'installer comme chef terroriste dans cette région, sans préciser quel candidat à sa succession pourrait être le favori du réseau terroriste.

Déjà, des informations circulaient comme quoi un affrontement aurait eu lieu au cours d'un conseil tribal sur la succession de Mehsud. Un ou deux principaux candidats, Hakimullah Mehsud et Waliur Rehman, auraient été tués.

Fausses rumeurs

Mais le commandant taliban Hakimullah Mehsud, un des adjoints de Baïtullah Mehsud, a affirmé lundi que son chef était juste « un peu malade ». Il a d'ailleurs mis au défi lundi les autorités pakistanaises de prouver que Baïtullah Mehsud avait été bel et bien tué.

Jeudi dernier, cette information avait pourtant été confirmée par les talibans eux-même.

Hakimullah Mehsud a par ailleurs répliqué au ministre pakistanais qui avait fait état de possibles combats pour la succession de Baïtullah Mehsud dans lesquels il aurait été impliqué.

« [Le ministre pakistanais] Rehman Malik propage de fausses informations dans les médias, qu'il utilise comme un jouet. Je suis vivant, et je le prouve malgré les affirmations du gouvernement affirmant qu'il y a eu des combats pour la succession de Baïtullah », a-t-il déclaré à l'AFP.

Le WaziristanLe Waziristan

Selon des responsables du renseignement pakistanais s'exprimant sous le couvert de l'anonymat et cités par l'Associated Press, des représentants des talibans afghans et des combattants arabes auraient participé à des conseils tribaux qui se seraient tenus à divers endroits du Waziristan-Sud au cours des derniers jours.

Les talibans pakistanais sont dans la mouvance de ceux qui ont dirigé l'Afghanistan entre 1996 et 2001. Ils ont franchi la frontière poreuse avec le Pakistan après avoir été chassés du pouvoir.

Le Tehrik-e-Taliban Pakistan, que dirigeait Mehsud, est une alliance de groupes tribaux souvent opposés et en conflit. La mort du chef pourrait donc entraîner d'intenses querelles pour sa succession.

Une mort incertaine

Bien que plusieurs dirigeants fondamentalistes nient toujours que le chef Baïtullah Mehsud ait été tué mercredi lors d'un raid américain dans la région tribale du Waziristan Sud, le ministre pakistanais de l'Intérieur a réaffirmé lundi que toutes les « informations crédibles » semblaient confirmer sa mort.

La veille, dimanche, le conseiller à la sécurité nationale de Barack Obama, James Jones, a déclaré sur les ondes de MSNBC que les États-Unis étaient sûrs « à 90 % » que Baitullah Mehsud était mort.

Baïtullah Mehsud
Avec les informations de Associated Press, BBC, et MSNBC

Aucun thème sélectionné