•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le feu, 50 000 ans plus tôt

Feu de camp

Photo : iStockPhoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des chercheurs avancent que les hommes utilisaient le feu pour travailler la pierre il y a 72 000 ans dans le sud de l'Afrique. Jusqu'à maintenant, les plus anciennes traces remontaient à 25 000 ans.

L'homme moderne utilisait déjà le feu pour fabriquer des outils de pierre il y a 72 000 ans dans le sud de l'Afrique, selon une étude internationale publiée dans l'édition de vendredi du journal Science.

« Nous avons découvert que les premiers hommes modernes, il a 72 000 ans, voire 164 000 ans, sur la côte de l'actuelle Afrique du Sud, utilisaient un foyer minutieusement contrôlé pour, au terme d'un procédé complexe, chauffer les pierres et changer leurs propriétés », explique Kyle Brown, doctorant de l'Université du Cap en Afrique du Sud, un des principaux auteurs de l'étude.

Jusqu'à maintenant, les traces les plus anciennes d'utilisation du feu pour confectionner des outils remontaient à 25 000 ans et avaient été retrouvées en Europe.

« Notre découverte de ce traitement par le feu montre que ces premiers hommes modernes maîtrisaient le feu d'une manière nuancée et sophistiquée », ajoute M. Brown.

Des restes de silcrète, un amalgame de silice capable d'être travaillé au contact de la chaleur, ont été trouvés par les chercheurs sur le site archéologique de Pinnacle Point, en Afrique du Sud.

Comme les pierres n'étaient pas à un endroit susceptible d'avoir été la proie des flammes, les archéologues ont répété les gestes des premiers hommes pour vérifier qu'en chauffant la pierre, il était bel et bien possible de fabriquer des outils semblables aux restes découverts par les chercheurs.

« Les résultats étaient étonnants », soutient Curtis Marean, paléoanthropologue à l'Université de l'Arizona et coauteur de l'étude.

« Après avoir été chauffée, la silcrète avait pris une couleur rouge profond et était facilement friable. De plus, elle ressemblait exactement à celle trouvée dans le foyer du site archéologique. En utilisant cette silcrète chauffée, nous étions capables de produire des copies très réalistes des outils réels », a expliqué M. Marean.

Les outils fabriqués il y a 72 000 ans comportaient « d'excellents couteaux et des armes de chasse » a indiqué le professeur Marean, ajoutant que leur découverte « montre que ces premiers hommes modernes avaient une connaissance élaborée ».

L'expression de cette connaissance technologique par ces premiers hommes modernes sur la côte sud de l'Afrique du Sud nous apporte des preuves supplémentaires que ce lieu peut être à l'origine des ancêtres de tous les hommes modernes, qui sont apparus en Afrique il y a entre 100 000 et 200 000 ans.

Curtis Marean, coauteur de l'étude

Il y a environ 50 000 à 60 000 d'années, « ces hommes modernes ont quitté le climat chaud de l'Afrique pour s'avancer dans l'environnement glacial de l'Europe et de l'Asie où ils ont rencontré les hommes de Neandertal », a expliqué Curtis Marean. Les populations de Neandertal se sont alors éteintes, il y a environ 35 000 ans, et les hommes modernes ont alors dominé de l'Espagne à la Chine, en passant par l'Australie.

Selon John Webb et Marian Domanski de l'Université La Trobe en Australie, le début de l'utilisation du feu pourrait avoir aidé les premiers hommes modernes à se déplacer de l'Afrique, où le climat est plus clément, vers des d'autres régions où les conditions climatiques sont plus rigoureuses, comme l'Europe.

Cela aurait pu leur donner un avantage sur les Néandertaliens, qui n'avaient pas cette compétence, ont noté Domanski et Webb, qui ne faisaient pas partie de l'équipe de recherche.

L'étude a été menée notamment par des chercheurs des universités du Cap en Afrique du Sud, de Liverpool en Angleterre, de Wollongong en Australie et de Bordeaux en France.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !