•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort d'une pionnière

La juge Réjane Laberge-Colas
Réjane Laberge-Colas Photo: Barreau du Québec

Réjane Laberge-Colas, la première femme à être nommée juge à une cour supérieure du Canada et présidente-fondatrice de la Fédération des femmes du Québec, est décédée à l'âge de 85 ans.

Le Québec perd une pionnière de la magistrature. Réjane Laberge-Colas, la première femme nommée juge à une cour supérieure au Canada, est décédée dimanche à l'âge de 85 ans.

Après avoir fait des études en droit à l'Université de Montréal et être arrivée première aux examens du Barreau en 1952, Mme Laberge-Colas travaille pour Aluminium Secretariat avant de se joindre au cabinet d'avocats Geoffrion et Prud'homme.

En 1969, Mme Laberge-Colas a été nommée juge à la Cour supérieure du Québec, où elle siégera pendant plus de 25 ans.

En 1994, elle a siégé à un comité spécial de l'ALENA en compagnie de quatre autres juges canadiens.

Réjane Laberge-Colas aura aussi marqué son époque par son implication sociale. Elle a en effet été la présidente fondatrice de la Fédération des femmes du Québec, en 1966.

Elle a aussi été membre du Comité du droit de la famille de l'Office de révision du Code civil de 1964 à 1970. Elle a également été membre du Conseil de l'enfance et de la jeunesse du Québec.

Avec son mari, Mme Laberge-Colas a constitué, à la Faculté de droit de l'Université de Montréal, le Fonds Réjane Laberge-Colas pour l'avancement du droit de la famille.

Elle a également oeuvré pour de nombreuses causes, notamment à l'Association internationale des femmes des carrières juridiques, à la corporation de l'Hôpital Marie-Enfant et des dames auxiliaires de l'Hôpital Notre-Dame, à la Fondation Thérèse-Casgrain et au Conseil des gouverneurs du Portage.

En 1971, l'Université Bishop lui a décerné un Doctorat honoris causa.

En 1996, l'Association du Barreau canadien lui a octroyé la médaille du centenaire, en reconnaissance de sa contribution exceptionnelle au droit et à la communauté juridique.

Elle a été admise à l'Ordre du Canada en 1997.

Avec les informations de La Presse canadienne