Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nationalisation de l'électricité

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.



Jusqu'au début des années 1960, le cartel des sociétés d'électricité, les Trusts, fait obstacle au développement économique.

Le niveau de service et les normes techniques varient d'une région à l'autre, et dans les entreprises, les francophones sont exclus des postes décisionnels.

À l'instigation de René Lévesque, Jean Lesage décide de tenir des élections anticipées sur le thème de la nationalisation de l'électricité. Son slogan est « Maîtres chez nous ».

Maîtres chez nous: Archives de Radio-Canada.ca (Nouvelle fenêtre)

Écoutez l'épisode

Politique et télévision

Le 11 novembre 1962, le premier débat télévisé au Canada a lieu entre Jean Lesage, chef du Parti libéral, et Daniel Johnson, chef de l'Union nationale.

Le 11 novembre 1962, Jean Lesage et Daniel Johnson (père) s'affrontent pendant près de deux heures dans le premier face-à-face télévisé au Canada.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le 11 novembre 1962, Jean Lesage et Daniel Johnson (père) s'affrontent pendant près de deux heures dans le premier face-à-face télévisé au Canada.

Photo : PLQ

Sur les ondes de Radio-Canada, les deux candidats débatent pendant près de deux heures des quatre thèmes prédéterminés: la nationalisation des entreprises d'électricité, le gaz naturel et l'affaire de la Trans-Canada Pipeline, les programmes politiques et l'administration libérale.

Un premier face-à-face télévisé: Archives de Radio-Canada.ca (Nouvelle fenêtre)

Le 14 novembre, le Parti libéral fait élire 63 députés avec 56 % des votes, tandis que l'Union nationale obtient 42 % des votes et 31 députés.

« Je vous ai demandé de me donner la clé de notre libéralisation économique. Vous me l'avez donnée. Et soyez assurés que, dès demain, nous allons ouvrir les portes sur l'avenir économique du Québec avec cette clé que vous nous avez confiée, celle de la nationalisation de l'électricité. Nous avons atteint la maturité politique. Nous sommes prêts maintenant pour la libération économique. Il n'y a plus de "maintenant ou jamais". Ce soir, nous devons dire "c'est maintenant que nous deviendrons maîtres chez nous" », lance Jean Lesage le soir de sa victoire.

Québec ouvre les vannes

« Je vous ai demandé de me donner la clé de notre libéralisation économique. Vous me l'avez donnée », lance Jean Lesage, le soir de sa victoire.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

« Je vous ai demandé de me donner la lé de notre libéralisation économique. Vous me l'avez donnée », lance Jean Lesage, le soir de sa victoire.

Photo : PLQ

Une semaine après l'élection, Jacques Parizeau obtient un engagement de prêt de 300 millions sur le marché financier de New York. Lorsque le syndicat financier apprend que le gouvernement du Québec pourrait obtenir l'argent nécessaire à la nationalisation de l'électricité sans sa collaboration, et qu'il perdait donc sa commission, il accepte de fournir l'argent.

Jacques Parizeau rappelle les événements: Archives de Radio-Canada.ca (Nouvelle fenêtre)

Le 1er mai 1963, Hydro-Québec fait l'acquisition de 11 distributeurs privés d'électricité, devenant ainsi le plus important fournisseur d'électricité de la province.

Au cours des années suivantes, par son pouvoir d'achat, Hydro-Québec est devenue un pilier dans le développement de la province, notamment en raison de sa politique d'achat local qui stimule l'économie québécoise.

Le saviez-vous?

Une première nationalisation de l'électricité avait eu lieu en 1944 sous le gouvernement d'Adélard Godbout, qui a créé Hydro-Québec. Ce n'est toutefois qu'en 1963 que la société d'État prend le contrôle de l'ensemble de la distribution de l'électricité. (Les propos de Ronald Rudin, professeur à l'Université Concordia)

Dès 1907, l'Ontario avait nationalisé son réseau électrique.

De la nationalisation... à la privatisation?

Près d'un demi-siècle après la nationalisation de l'électricité, certains estiment qu'Hydro-Québec devrait être vendu, en tout ou en partie, à des intérêts privés.

Lors des dernières élections québécoises, en novembre 2008, l'Action démocratique du Québec proposait de privatiser partiellement Hydro-Québec (Nouvelle fenêtre) et de consacrer tous les profits de la vente au remboursement de la dette.

À vous la parole

Faut-il privatiser Hydro-Québec? Répondez dans la section « Commentaires » au bas de cette page. Certains commentaires seront intégrés ci-dessous.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !