•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première carte géologique

La carte géologique de l'Arctique (détail)

La carte géologique de l'Arctique (détail)

Radio-Canada

Une collaboration sans précédent entre des scientifiques des États-Unis, de la Russie, du Danemark, de la Finlande, de la Norvège et du Canada donne naissance à la première carte géologique de l'Arctique.

L'Arctique est souvent évoqué actuellement, car il attire les convoitises de pays qui revendiquent leur souveraineté sur ce territoire aux énormes ressources potentielles.

Une fois n'est pas coutume, les États-Unis, la Russie, le Danemark, la Finlande, la Norvège et le Canada ont mis en commun leur travail scientifique. Après deux ans de labeur, la synthèse de tout cela donne naissance à la première carte géologique de l'Arctique.

Le but de cette collaboration est de déterminer au plus précis où se trouvent les richesses naturelles. Selon des estimations de scientifiques américains, la région renferme jusqu'à 30 % des réserves de gaz mondiales et 13 % de celles de pétrole.

Une trêve qui pourrait être de courte durée

Le conflit entre les États se situe au niveau de la délimitation du plateau continental, sujet sur lequel les scientifiques ne s'entendent pas. Le plateau continental est le prolongement du territoire d'un État, sous la mer.

Selon la Convention des Nations unies sur les droits de la mer, cet espace est défini comme les 200 milles marins au-delà de la frontière terrestre. Pour dépasser cette limite, il faut négocier ou faire appel aux tribunaux internationaux.

La dorsale de Lomonosov, chaîne de montagnes sous-marines, renfermerait un véritable trésor de richesses naturelles. Elle est au coeur d'un conflit entre le Canada, la Russie et le Danemark.

Le géologue Marc St-Onge explique que la dorsale de Lomonosov est située sur la plaque tectonique nord-américaine, ce qui fait qu'elle est partie intégrante du plateau continental canadien.

Mais, selon le professeur en droit international à l'Université de la Colombie-Britannique Michael Byers, la zone présente la possibilité d'un chevauchement des territoires revendiqués par le Canada et le Danemark.

La Russie revendique également la souveraineté sur cette chaîne de montagnes sous-marines, où elle a planté, à plus de 4200 m de profondeur, un drapeau russe symbolique, le 2 août 2007.

La carte géologique de l'Arctique est disponible gratuitement sur Internet ou en vente auprès de la commission géologique du Canada.

D'après un reportage de Catherine François

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !