•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À Montréal pour 7 ans

circuit île notre-dame

Le virage en épingle du circuit Gilles-Villeneuve

Photo : AFP / Getty Images/Paul Gilham

Radio-Canada

Bernie Ecclestone est persuadé que l'escale montréalaise sera de retour en 2010. Il déclare à la radio anglaise de Radio-Canada qu'il existe une entente de principe pour sept ans.

S'il faut en croire Bernie Ecclestone, ce n'est plus qu'une question de temps avant que le retour du Grand Prix du Canada soit confirmé.

« D'ici quelques semaines, espérons-le. Quand la course figurera au calendrier, nous allons être certains qu'elle reviendra », a déclaré le grand manitou de la F1 à la radio anglaise de Radio-Canada, mardi.

L'entretien a été réalisé à la suite des déclarations d'Ecclestone au magazine allemand Motorsport aktuell. L'homme y indiquait qu'il était persuadé que Montréal retrouverait sa course l'an prochain.

« En 2010, on retournera au Canada, je sais que tout le monde dans le milieu de la F1 aime ce Grand Prix », avait-il dit.

M. Ecclestone n'a pas voulu préciser quand se tiendra le Grand Prix, mais il a confirmé qu'il existe déjà une entente de principe.

« Nous nous sommes entendus financièrement. L'entente de principe stipule que nous allons avoir un Grand Prix du Canada pour les sept prochaines années », a ajouté le Britannique.

Homme de peu de mots, M. Ecclestone n'a pas voulu nommer les gens impliqués dans le retour de la F1 à Montréal.

« Nous avons une entente avec les bonnes personnes, ce qui évitera le jeu de yoyo des dernières années. »

À cause de Legault

Il affirme également que ce retour à Montréal, après une année d'absence, n'a rien à voir avec la pression des manufacturiers automobiles.

« On ne voulait pas quitter Montréal. C'est à cause des problèmes financiers avec le promoteur [Normand Legault] », prétend-il.

À l'époque, Ecclestone demandait 173,5 millions pour cinq ans, de 2009 à 2013. Il exigeait également les revenus liés à la visibilité sur le circuit Gilles-Villeneuve et aux loges privées d'entreprises des paddocks, soit une somme supplémentaire de 16 à 20 millions de dollars.

Les gouvernements fédéral, provincial et municipal avaient plutôt présenté une contre-offre de 110,5 millions pour la même période.

Selon Ecclestone, le calendrier 2010 ressemblerait à celui de la saison en cours, avec peut-être une étape en Corée du Sud, mais toujours pas de Grand Prix en Inde. En revanche, un retour aux États-Unis n'est pas à l'ordre du jour.