•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un déserteur britannique ranime le débat

Le caporal Joe Glenton

Le caporal Joe Glenton

Photo : AFP / Leon Neal

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un caporal britannique de 27 ans, qui refuse de retourner en Afghanistan, sera traduit en cour martiale. Cette affaire relance dans ce pays le débat sur la guerre en Afghanistan.

La guerre en Afghanistan fait de nouveau parler d'elle dans les médias britanniques. Le déclencheur a été la lettre qu'un jeune caporal a adressée au premier ministre Gordon Brown.

Joe Glenton s'est engagé dans l'armée en 2004. Il est envoyé en Afghanistan deux ans plus tard.

« La guerre en Afghanistan ne réduit pas le risque terroriste et, loin d'améliorer la vie des Afghans, sème la mort et la désolation dans tout le pays. La Grande-Bretagne n'a rien à faire dans ce pays », écrit-il au premier ministre.

Dans une entrevue au Guardian, il raconte: « Dès le départ c'était très difficile. Il y avait une telle confusion sur les raisons de notre présence, soit pour éliminer les cultures de pavot, soit pour la sécurité nationale, ça semblait changer tout le temps. »

Lorsque l'armée lui annonce qu'il doit retourner en Afghanistan en 2007, Joe Glenton décide de déserter et s'enfuit en Asie.

« C'était une chose incroyablement difficile à faire, j'aimais l'armée, mais j'avais perdu confiance dans la structure, le gouvernement et la cause », dit-il au Guardian.

Deux ans plus tard, il se livre aux autorités de son pays. Entre temps, il s'est marié en Australie et a rejoint les rangs de la coalition pacifiste Stop the War.

Ces dernières semaines, le débat sur l'engagement du Royaume-Uni a été relancé par une aggravation des pertes humaines britanniques en Afghanistan: 22 soldats tués pour le seul mois de juillet, 191 depuis 2001.

Selon un récent sondage, 58 % des Britanniques considèrent désormais que la guerre en Afghanistan est vouée à l'échec et que les soldats doivent être rapatriés rapidement.

Le procès du caporal Glenton, où des experts doivent être appelés à commenter la légalité du conflit en Afghanistan, devrait être l'occasion d'un nouveau débat national sur la présence des 9000 soldats britanniques en Afghanistan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !