•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dénoncer Greenpeace

Coupe forestière

Coupe forestière

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Groupe de recherches écologiques de La Baie et le critique péquiste en matière de forêt, Denis Trottier, accusent Greenpeace de démagogie.

Le Groupe de recherches écologiques de La Baie, un groupe privé de chercheurs, sans but lucratif, estime que Greenpeace fait fausse route en réclamant la protection des forêts dites intactes.

Lundi, Greenpeace a en effet manifesté devant le ministère des Ressources naturelles à Québec pour dénoncer le nouveau régime forestier que veut adopter le gouvernement.

Le chercheur Pierre Gilbert affirme que la science démontre qu'il faut exploiter la forêt de façon respectueuse et que la coupe de bois permet à la forêt de se renouveler.

« La forêt boréale est vieillissante à l'heure actuelle dans son ensemble. À ce moment-là, les épinettes noires vont reculer, vont pousser à la moitié de leur densité et vont faire place à un autre écosystème de mousse. Dans le sud ,ça va être les trembles, et petit à petit, la forêt se fait gruger », dit-il.

Pierre Gilbert estime que la disparition des terres humides de la région de Montréal sous l'effet de l'urbanisation représente une bien plus grande catastrophe écologique que la coupe forestière qui permet aux écosystèmes de se renouveler.

M. Gilbert croit également que le bois doit remplacer le pétrole comme seconde source d'énergie au Québec, derrière l'hydroélectricité.

Quant au critique péquiste en matière de forêt, Denis Trottier, il déplore l'action de Greenpeace et parle de démagogie.

« On a identifié le bois comme étant du bois de destruction au lieu du bois de construction. Puis nous, on ne peut pas être d'accord avec ça parce que, dans le fond, on pense que le bois c'est un matériau qui est noble, écologique, renouvelable.

Le député Trottier admet cependant que le projet de Loi sur la forêt doit être amendé pour y inclure la gestion écosystémique, ainsi que pour réduire le pouvoir discrétionnaire du ministre des Ressources naturelles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !