•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Petit poisson, grandes inquiétudes

Le gobie à taches noires

Un gobie à taches noires, une espèce envahissante, sur une colonie de moules zébrées, autre espèce introduite dont le gobie se nourrit.

Photo : Service de la faune des États-Unis

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les scientifiques d'Environnement Canada s'inquiètent de l'apparition dans le Saint-Laurent d'un petit poisson exotique, le gobie à taches noires, qui se reproduit à une vitesse vertigineuse.

L'apparition dans le fleuve Saint-Laurent d'un petit poisson exotique qui se reproduit rapidement inquiète les scientifiques d'Environnement Canada

Le gobie à taches noires a été importé accidentellement d'Europe de l'Est dans les années 90. Il a depuis colonisé les Grands Lacs et, plus récemment, le fleuve St-Laurent.

Des relevés récents montrent que d'importantes populations se sont établies au lac Saint-Pierre, ainsi que dans le couloir fluvial entre Sorel et Montréal.

Le Neogobius melanostomus menace également de s'introduire dans les rivières Richelieu et Yamaska. Sa présence dans ces cours d'eau pourrait mettre en danger la survie d'autres poissons comme le fouille-roche et surtout le chevalier cuivré, une espèce menacée présente uniquement en aval des rapides de Chambly.

Environnement Canada invite les citoyens à lui signaler toute capture d'un spécimen de gobie à taches noires dans le fleuve Saint-Laurent ou ses tributaires (au numéro 1-800-463-4311). L'agence fédérale demande de conserver le spécimen au congélateur afin de pouvoir le lui faire parvenir.

L'agence demande aussi aux pêcheurs de ne pas utiliser ce poisson comme appât ni le transférer dans un autre plan d'eau afin de s'assurer qu'il ne se propage pas dans d'autres écosystèmes aquatiques du Québec.

Comment le reconnaître ?

Le gobie à taches noires se caractérise par des lèvres épaisses et des yeux globuleux et par une tache noire sur la nageoire dorsale. Il s'agit de la seule espèce de nos eaux à ne posséder qu'une seule nageoire pelvienne. Son corps est de couleur gris ardoise et tacheté de noir ou de brun et mesure entre 8 et 15 cm, mais il peut atteindre jusqu'à 25 cm. (Source: Environnement Canada)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !