•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le frère d'une victime parle

Rona Masoomi
Rona Masoomi
Radio-Canada

Selon Wali Abdali, frère de Rona Masoomi, celle-ci aurait été menacée de mort à de nombreuses reprises par Mohammed Shafi, accusé de meurtre dans cette affaire.

Wali Abdali, frère de Rona Masoomi, une des quatre victimes de la tragédie de Kingston, s'est confié à Radio-Canada, vendredi.

Selon lui, sa soeur, qui a d'abord été présentée comme la tante des autres victimes, aurait été menacée de mort à de nombreuses reprises par Mohammed Shafi, accusé de meurtre dans cette affaire. Les enfants auraient aussi été battus par leur père, arrêté mercredi à Montréal.

Wali Abdali explique que sa soeur Rona avait épousé Mohammed Shafi, il y a 30 ans, en Afghanistan. Toutefois, puisqu'elle était incapable d'enfanter, il a épousé une seconde femme, Tooba Yahya, elle aussi accusée de meurtres dans cette affaire.

Rona Masoomi a donc suivi la famille à Dubai, puis à Montréal. Selon son frère, elle s'occupait des enfants comme s'ils étaient les siens. Mais de la tension serait apparue au cours des dernières années. « Elle [disait] qu'il y a toujours des problèmes là-bas. Maintenant que les enfants ont grandi, ils sont toujours maltraités. Ils ont toujours subi des coups », raconte-t-il.

Zainab, la fille aînée, aurait fréquenté un garçon pakistanais contre l'avis des parents. « La famille n'était pas d'accord, donc elle a fugué, elle est sortie de la maison. Et après ça, c'est ça l'histoire, le père, quand il est rentré, il a vu que sa fille n'était pas là. Il a dit: "qu'est-ce qui se passe?" », rapporte Wali Abdali.

Au point, aurait dit Rona Masoomi, qu'il aurait proféré des menaces. « Il parlait avec sa femme ou son fils, que "je vais la tuer. Je vais la tuer, ça, je ne peux pas supporter ça, pour moi, c'est la honte de la communauté afghane" », ajoute Wali Abdali.

Diba Masoomi, soeur de Wali et de Rona, aurait parlé à celle-ci quelques semaines avant le voyage fatal. Elle craignait pour sa soeur, relate Wali Abdali: « Elle a toujours eu peur pour la vie de Rona, elle était toujours menacée, frappée, tout ça. » Il ajoute que Diba aurait conseillé à Rona d'alerter la police. « Il m'a menacée. Si je vais à la police, il prend un couteau et le plante dans mon ventre », aurait répondu Rona.

C'est Mohammed Shafi qui a appelé Wali Abdali et Diba Masoomi pour leur apprendre la mort de leur soeur. Les deux, qui sont convaincus que ce n'est pas un accident, collaborent avec la police de Kingston.

Me Waice Ferdoussi, avocat de Mohammed Shafi, affirme que son client est « sous un choc extraordinaire ». Il rappelle que celui-ci est innocent jusqu'à preuve du contraire.

La prochaine étape dans cette affaire aura lieu le 6 août, à Kingston, pour la divulgation de la preuve.