•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau journal Irving

L'Étoile

Exemplaires de l'Étoile

Radio-Canada

Le géant Irving se prépare à prendre de l'expansion dans la presse française au Nouveau-Brunswick en donnant une envergure provinciale à son journal régional L'Étoile.

Les tentacules du géant Irving dans le domaine de la presse au Nouveau-Brunswick s'étendent un peu plus. Une édition provinciale de L'Étoile sera bientôt lancée. Cette publication est présentement un hebdomadaire distribué dans le sud-est de la province.

Dans un courriel envoyé à différents organismes culturels du Nouveau-Brunswick, le rédacteur en chef de la nouvelle publication provinciale, Philippe Ricard, a présenté son équipe. M. Ricard n'a pas accordé d'entrevue à Radio-Canada. Il a expliqué qu'une annonce officielle sur le lancement du journal aurait bientôt lieu.

Irving possède actuellement près de 90 % des quotidiens provinciaux et les deux tiers des hebdomadaires de la province.

Marie-Linda Lord, professeure titulaire de la Chaire de recherche en études acadiennes à l'Université de Moncton, s'inquiète de la position éditoriale déjà prise par les publications anglaises d'Irving, par exemple sur la question de la réforme des régies de santé.

« On le sait que du côté du Telegraph-Journal, on pousse pour une seule régie bilingue au Nouveau-Brunswick. Est-ce qu'on va essayer de nous faire passer cette position-là du côté francophone par l'entremise de L'Étoile provinciale? », se demande Mme Lord.

La professeure Lord craint une perte de pouvoir des francophones sur les débats qui les concernent. « Ça va devenir une plus grosse institution médiatique, et cette gouvernance-là ne sera pas dans les mains des Acadiens », dit-elle.

L'Acadie Nouvelle ne se sent pas menacée

Une plus grande présence d'Irving dans la presse francophone sera aussi une plus grande concurrence pour le seul quotidien de langue française au Nouveau-Brunswick, L'Acadie Nouvelle, qui vient de réduire sa masse salariale.

Cependant, le directeur général de L'Acadie Nouvelle, Francis Sonier, ne s'inquiète pas outre mesure. Il préfère que son équipe se concentre sur certains projets au lieu qu'elle s'inquiète des activités médiatiques d'Irving.

« Si Irving peut nous nuire au niveau journalistique, ça me surprendrait un peu étant donné que nous, on fait de la nouvelle au quotidien, on est collé sur l'actualité. Maintenant, au niveau publicitaire, on a déjà des offensives d'Irving qui a créé de nouveaux journaux, des journaux francophones, des hebdos, au fil des ans, et dans tous les cas, on n'a vu aucun impact réel sur nos ventes publicitaires », explique Francis Sonier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !