•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dans la mire de Cosmos Capital

Cossette

Cossette

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La firme de publicité québécoise a fait l'objet d'une offre d'achat non sollicitée de la part de son ancien vice-président et cofondateur.

La firme de publicité québécoise Cossette a fait l'objet d'une offre d'achat non sollicitée. L'ancien vice-président et cofondateur de l'agence de publicité, François Duffar, et Georges Morin, ex-vice-président au développement des affaires du groupe, cherchent à reprendre les rênes de l'entreprise.

M. Duffar, depuis peu propriétaire du Groupe Cosmos, a abandonné son poste au conseil d'administration de chez Cossette en mai. George Morin a fait de même samedi dernier.

Un groupe d'investisseurs dirigé par M. Duffar, et dont fait partie Georges Morin, ont annoncé lundi leur intention d'acquérir toutes les actions de Cossette au coût de 4,95 $ chacune, ce qui donne une valeur de 82,7 millions de dollars à l'entreprise.

Ce montant équivalait vendredi à environ une fois et demi le cours de l'action à la Bourse de Toronto. Au cours de deux dernières années, l'action de Cossette a perdu les deux tiers de sa valeur, passant d'environ 14 $ à un peu plus de 3 $, vendredi.

L'entreprise a été fragilisée par la récession, qui contraint plusieurs entreprises à réduire leurs dépenses de publicité. Qui plus est, l'an dernier, Cossette a perdu un contrat exclusif avec Bell, qui représentait une partie importante de ses revenus. La firme avait d'ailleurs été forcée de mettre à pied 40 employés.

L'action a toutefois rebondi à 5,15 $, lundi, à la suite de l'offre d'achat impromptu.

Le conseil d'administration a formé un comité spécial chargé d'étudier la proposition qui a été soumise.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !