•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En route vers la Station spatiale internationale

Lancement d'Endeavour

Lancement d'Endeavour

Photo : AFP / Chip Somodevilla

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pendant que la navette Endeavour, avec à son bord l'astronaute canadienne Julie Payette, poursuit sa route vers la SSI, des ingénieurs évaluent l'impact de débris qui ont heurté l'orbiteur.

L'équipage de la mission STS-127, dont fait partie la Québécoise Julie Payette, est finalement en route vers la Station spatiale internationale (SSI).

Après cinq tentatives infructueuses, la navette Endeavour a été lancée mercredi à 18 h 03 de Cape Canaveral, en Floride. Huit minutes et demie après le décollage, la navette a atteint l'orbite terrestre.

En soirée, les responsables de la NASA ont fait le bilan du lancement d'Endeavour. L'agence spatiale a indiqué que plusieurs débris se sont détachés dans les minutes suivant le lancement de la navette.

Selon Bill Gerstenmaier, responsable de la NASA pour les programmes spatiaux, des pièces de mousse isolante ou de glace se sont détachées du réservoir externe de la navette environ deux minutes après le décollage et ont heurté le ventre de l'orbiteur à deux ou trois reprises. « On peut voir probablement deux ou trois impacts sur la vidéo. On peut clairement voir sur l'avant de la navette des marques blanches à l'endroit où les tuiles thermiques ont été heurtées », a-t-il ajouté.

M. Gerstenmaier a précisé que la NASA considérait ces dommages comme superficiels et qu'ils ne devraient pas causer de problèmes.

L'agence spatiale a toutefois précisé qu'il faudrait attendre d'avoir toutes les données pour se faire une bonne idée des dégâts potentiels. Des photos de l'ensemble de la navette seront prises d'ici à ce qu'elle s'amarre à la SSI, jeudi.

Enfin, le lancement

Jusqu'au dernier moment, le lancement de la navette était toujours incertain et aurait pu être reporté une nouvelle fois. Les météorologues de la NASA estimaient à 60 % les chances d'avoir une météo favorable au-dessus du centre spatial Kennedy au moment du départ.

Julie PayetteAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Julie Payette quelques minutes avant l'embarquement

Photo : AFP / Stan HONDA

L'agence spatiale américaine avait besoin d'une fenêtre de 20 à 30 minutes de beau temps pour permettre le décollage.

Ces derniers jours, la météo et les problèmes techniques ont donné des maux de tête à la NASA. Lundi, le lancement de la navette Endeavour a été reporté pour une cinquième fois en raison des mauvaises conditions météorologiques.

Si le lancement avait échoué encore une fois mercredi, il aurait pu y avoir une ultime tentative jeudi. Après cette date cependant, Endeavour aurait dû céder sa place à une navette russe non habitée, qui doit aussi se rendre à la Station spatiale internationale (SSI). L'agence spatiale américaine aurait alors dû attendre la fin de juillet pour procéder de nouveau au lancement.

Le lancement avait déjà été remis à deux reprises en juin, car des fuites d'hydrogène liquide et d'oxygène avaient été détectées avant le lancement.

Le record du nombre de reports d'une mission appartient à STS-61c, de la navette Columbia, qui avait décollé après 8 tentatives en janvier 1986.

L'équipage de la navette EndeavourAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'équipage de la navette Endeavour

Photo : AFP / Stan HONDA

Les objectifs de la mission

Cette mission de 16 jours est la 32e mission de construction de la SSI.

Lors de cette mission, une plateforme sera fixée à l'extérieur du laboratoire japonais Kibo de la SSI. Cette plateforme servira à la réalisation d'expériences scientifiques, qui seront ainsi exposées aux conditions difficiles de l'espace.

De plus, les astronautes livreront du matériel essentiel au bon fonctionnement de la station et de l'équipement d'expérimentation, qui sera ultérieurement installé à la plateforme laboratoire.

L'astronaute Julie Payette, qui avait pris part à une mission de la navette Discovery en 1999, en sera à sa deuxième mission dans l'espace. Elle aura la fonction d'ingénieure de vol à bord d'Endeavour. Elle sera dans le poste de pilotage avec le commandant et le pilote de la navette. Elle fera partie des membres d'équipage chargés de manoeuvrer la navette et de l'amarrer à la station. Elle sera aussi l'experte en robot de la mission, puisqu'elle fera fonctionner trois bras robotiques, soit le Canadarm de la navette, le Canadarm2 de la station et le bras japonais du module Kibo.

Pour la première fois, deux Canadiens se trouveront dans l'espace en même temps: Julie Payette et l'astronaute de l'Agence spatiale Robert Thirsk, qui est membre d'équipage de la station.

Durant la mission STS-127, un nombre record de 13 astronautes, affectés à la station et à la navette, seront à bord de la Station spatiale internationale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !