•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Polémique autour d'une hostie

Hostie
Radio-Canada

Le premier ministre du Canada a provoqué un scandale auprès de l'Église catholique lors des funérailles de l'ancien gouverneur général Roméo LeBlanc. Un prêtre soutient qu'il n'a pas consommé l'hostie qui lui a été remise.

Le premier ministre du Canada, Stephen Harper, a provoqué un scandale auprès de l'Église catholique lors des funérailles de l'ancien gouverneur général Roméo LeBlanc.

Au moment de la cérémonie de la communion, le premier ministre, de confession protestante, a pris l'hostie sacrée, mais ne l'aurait pas consommée et l'aurait plutôt emportée avec lui.

Selon la religion catholique, l'hostie consacrée, représentant le corps du Christ, doit être immédiatement consommée lorsqu'elle est offerte.

« C'est scandaleux. Normalement, lorsqu'on célèbre une messe, les protestants s'abstiennent de s'avancer. Faire comme tout le monde et entrer dans les rangs pour aller chercher une hostie c'est inconcevable », s'indigne le père Yvon Leblanc, curé à Bouctouche, qui a également assisté à la cérémonie.

Ce dernier ajoute que ce geste est d'autant plus offensant pour les catholiques qu'il s'agit de la profanation d'un objet sacré.

Le porte-parole principal de Stephen Harper, Dimitri Soudas, a défendu le premier ministre des accusations portées contre lui, affirmant qu'il a bel et bien avalé l'hostie.

« À la fin du service, on lui a offert la communion, chose que le premier ministre a acceptée et consommée aussi », a souligné M. Soudas.

Le président du Sénat canadien, Noël Kinsella, a également témoigné en faveur de M. Harper, affirmant l'avoir vu personnellement consommer l'hostie qui lui était offerte par l'archevêque André Richard.