•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Beaucoup plus d'intolérance au gluten

Estomac et intestin
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une étude américaine comparant des échantillons sanguins de jeunes prélevés récemment avec ceux de militaires prélevés il y a un demi-siècle montre que la prévalence de l'intolérance au gluten a quadruplé depuis 50 ans.

L'intolérance au gluten, matière contenue dans la farine de blé, de seigle et d'orge, est beaucoup plus fréquente qu'il y a 50 ans, révèle une étude de la prestigieuse clinique Mayo, aux États-Unis.

En comparant des échantillons sanguins prélevés chez des soldats américains de la base de Warren Air Force, au Wyoming, entre 1948 et 1954, à ceux de jeunes sujets de deux récentes cohortes du Minnesota, le gastroentérologue Joseph Murray a découvert que près de 1 % des jeunes souffrent d'intolérance au gluten non diagnostiquée aujourd'hui. C'est quatre fois plus qu'il y a un demi-siècle.

De plus, parmi les soldats ayant fourni un échantillon sanguin, ceux chez qui on a trouvé des marqueurs de la maladie coeliaque sont morts quatre fois plus rapidement que les autres.

Dans une entrevue au quotidien The Globe and Mail, le Dr Murray estime que les modes de production alimentaires modernes pourraient être à l'origine de cette prévalence plus élevée d'intolérance au gluten.

L'intolérance au gluten

Maladie auto-immunitaire dont les conséquences les plus fréquentes sont l'inflammation et la dégradation de la paroi de l'intestin grêle, des diarrhées chroniques et des carences alimentaires.

Les symptômes disparaissent si le patient arrête de manger des farines de certaines céréales, dont le blé, mais on ne sait toujours pas ce qui provoque la maladie.

La maladie est plus fréquente dans les populations originaires d'Europe, d'Inde et d'Afrique du Nord.

Aussi, souligne le Dr Murray, 19 malades sur 20 ne savent pas qu'ils présentent une intolérance au gluten. Le gastroentérologue suggère donc de faire du dépistage de cette maladie coeliaque une composante d'un examen de routine, comme le cholestérol et l'hypertension.

Les résultats de l'étude ont été publiés dans la revue Gastroenterology.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !