•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal a mauvaise presse

Gérald Tremblay se défend devant les allégations de <i>La Presse</i> sur une affaire de corruption à l'hôtel de ville.

Le maire de Montréal, Gérald Tremblay, a tenu à faire le point sur les allégations publiées dans La Presse

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les déboires qui ont entaché l'administration municipale au cours des derniers mois sont évoqués par le prestigieux magazine britannique The Economist.

Le maire Gérald Tremblay et son administration font parler d'eux à l'étranger. Le magazine britannique The Economist rapporte cette semaine les récents déboires qui ont entaché la réputation de la mairie.

L'hebdomadaire revient sur les allégations de corruption et de malversation qui font l'objet de cinq enquêtes policières. The Economist évoque notamment les dossiers de la Société d'habitation et de développement de Montréal (SHDM) et l'histoire des compteurs d'eau.

L'article décrit comment l'ancien chef de cabinet du maire a présidé la vente d'un terrain de 31 millions de dollars pour une fraction de sa valeur. L'auteur précise que rien n'indique que le maire Tremblay soit mêlé à ces opérations.

Néanmoins, au Québec, cet article a eu l'effet d'un brûlot en période d'élections municipales.

Du pain bénit pour Louise Harel

La candidate à la mairie de Vision Montréal Louise Harel a réagi en déclarant que « la diffusion dans The Economist de cet état de fait déplorable peut avoir de multiples conséquences, notamment auprès d'investisseurs étrangers dont nous avons bien besoin en ces temps de crise économique. »

Elle demande au ministre des Affaires municipales qu'une enquête administrative soit menée par la Commission municipale du Québec sur les scandales présumés.

Le porte-parole du maire Tremblay a indiqué que l'article traitait de sujets maintes fois commentés et qu'il n'avait rien à ajouter pour le moment.

The Economist est considéré comme « la bible » des économistes et gens d'affaires. Son tirage est de plus de 1,3 million d'exemplaires distribués dans le monde.

Avec les informations de La Presse canadienne, The Economist, et La Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !