•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chef de la SQ veut prendre les grands moyens

Sûreté du Québec
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les allégations de corruption et de malversation à Montréal préoccupent le chef de la SQ, au point où il envisage de mettre sur pied une équipe spéciale d'enquête.

Le chef de la Sûreté du Québec (SQ) Richard Deschesnes s'inquiète des récentes allégations de corruption et de malversation à Montréal. À tel point qu'il envisage de créer une équipe spéciale.

Cette « task force », regrouperait des enquêteurs d'expertise diverse, comme cela s'est fait lors de l'enquête sur le programme des commandites et celle sur les dépenses de l'ex-lieutenant-gouverneur du Québec Lise Thibault.

La SQ mène présentement cinq enquêtes à Montréal incluant le contrat de construction du Centre intergénérationnel d'Outremont.

En entrevue à La Presse, le chef de la Sûreté a précisé que « de mémoire de policier » il n'a jamais vu autant d'enquêtes en cours dans la métropole.

Il a ajouté que ces enquêtes sont complexes et longues, mais que la population n'accepterait pas qu'elles soient bâclées et qu'elles ne mènent à rien.

Rappelons que la SQ est responsable de toutes les enquêtes concernant la corruption et les malversations, que ce soit dans les domaines judiciaire, gouvernemental ou municipal.

Avec les informations de La Presse canadienne, et La Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !