•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Funérailles nationales en juillet

Roméo LeBlanc

Roméo LeBlanc

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

L'ancien ministre fédéral, sénateur et gouverneur général du Canada est mort après une longue maladie, à l'âge de 81 ans. De nombreuses personnalités politiques, présentes et passées, lui rendent hommage.

Les drapeaux sont en berne à Ottawa, sur la tour du Parlement, à la mémoire de Roméo LeBlanc, mort ce mercredi après une longue maladie.

Natif du Nouveau-Brunswick, M. LeBlanc a été ministre des Pêches dans le gouvernement libéral de Pierre Elliot Trudeau.

En 1984, il est nommé au Sénat, puis aura l'honneur d'être le premier Acadien à occuper les fonctions de gouverneur général, à partir de 1995. Il se retirera quatre ans plus tard.

Avant de se lancer en politique, M. LeBlanc avait travaillé comme correspondant étranger pour Radio-Canada, au début des années 60. Il quitte cependant rapidement le journalisme pour devenir l'attaché de presse du premier ministre canadien d'alors, le libéral Lester B. Pearson, puis de Pierre Elliot Trudeau.

Un héritage célébré

De gauche à droite: Le premier ministre Jean Chrétien, le gouverneur général Roméo Leblanc et le leader du gouvernement au Sénat, J. Bernard Boudreau lors d'une cérémonie protocolaire à Rideau Hall, le 4 octobre 1999.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De gauche à droite : Le premier ministre Jean Chrétien, le gouverneur général Roméo Leblanc et le leader du gouvernement au Sénat, J. Bernard Boudreau lors d'une cérémonie protocolaire à Rideau Hall, le 4 octobre 1999.

Photo : La Presse canadienne / CP PHOTO/Adrian Wyld

Le premier ministre Stephen Harper s'est dit profondément attristé à l'annonce de cette nouvelle et a tenu à rendre hommage à sa vie et à son oeuvre.

« M. LeBlanc était un Canadien passionné qui a servi son pays avec distinction et honneur. [...] Il croyait profondément que les Canadiennes et les Canadiens devaient connaître davantage le courage extraordinaire dont ils sont capables au quotidien », a fait savoir le premier ministre par voie de communiqué.

La gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean, le décrit comme « un ardent et infatigable défenseur de la Francophonie au Canada et à l'étranger ».

L'ex-premier ministre Jean Chrétien, qui l'avait nommé au poste de gouverneur général, après l'avoir côtoyé dans le gouvernement Trudeau, le décrit comme un homme du peuple.

On disait qu'il était non pas le ministre des Pêches, mais des pêcheurs, et il en était très fier.

Jean Chrétien

M. Chrétien ajoute qu'il était très fier d'être francophone et Acadien.

Le député libéral Denis Coderre, qui a connu M. LeBlanc alors qu'il était sénateur, se rappelle que ce dernier avait toujours eu le souci de rapprocher les gens de la politique.

Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, a tenu à offrir ses condoléances à la famille du défunt, au premier chef Dominic LeBlanc, fils du défunt et député libéral.

C'est toujours triste de perdre un père. C'est un homme qui s'est tenu debout pour l'Acadie.

Gilles Duceppe

La chef du Parti québécois, Pauline Marois, a tenu à souligner son engagement à l'égard de la Francophonie.

Les Acadiens en deuil

Au Nouveau-Brunswick, le premier ministre Shawn Graham affirme que le pays a perdu un Néo-Brunswickois et un Canadien exceptionnel. Il a présenté le défunt comme ayant été une « figure marquante de la renaissance acadienne » et souligné lui aussi son amour des gens et des petites villes et villages du pays.

L'historienne Naomi Griffiths, une spécialiste de l'histoire acadienne, connaît le défunt depuis plus d'un demi-siècle.

« Je pense que la chose la plus remarquable chez lui est qu'il était quelqu'un qui aimait les êtres humains. À mon avis, il y a très peu de gens vraiment qui considèrent les êtres humains comme une bonne invention ».

Mme Griffiths oeuvre actuellement à la rédaction de sa biographie.

L'auteur Robert Pichette l'a bien connu également. « Il était près des gens, très, très près des gens. Ce n'était pas une pose. Il y a beaucoup de politiciens qui vont sourire automatiquement quand une caméra s'en vient, mais Roméo LeBlanc aimait les gens, il aimait le monde, le vrai monde », dit-il.

Les citoyens pourront aussi lui rendre hommage en allant signer un livre de condoléances qui sera ouvert à Rideau Hall.

Le premier ministre Stephen Harper a par ailleurs offert à la famille des funérailles nationales. Celles-ci auront lieu bientôt à Memramcook, le village natal de Roméo LeBlanc.