•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Aga Khan, Canadien honoris causa

L'Aga Khan était de passage à Ottawa en décembre 2008 pour l'ouverture de la Délégation ismaélienne.

L'Aga Khan était de passage à Ottawa en décembre 2008 pour l'ouverture de la Délégation ismaélienne.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Chambre des communes a approuvé unanimement, vendredi, la citoyenneté honoraire conférée par la gouverneure générale à Son Altesse l'Aga Khan, chef spirituel des musulmans ismaéliens.

Dans un communiqué, le premier ministre Stephen Harper a reconnu « le rôle de chef de file de l'Aga Khan comme champion du développement, du pluralisme et de la tolérance dans le monde, ainsi que son rôle remarquable d'imam de la communauté ismaélienne mondiale ».

Né à Genève, en Suisse, le Shah Karim al-Husseini, 72 ans, est le 49e imam de cette communauté de 15 millions de fidèles, présents dans 25 pays, sur cinq continents. Le regroupement d'agences qui porte son nom, l'Aga Khan Development Network, oeuvre à la lutte contre la pauvreté et le développement, surtout en Asie et en Afrique.

Le premier ministre Harper a salué le travail de l'Aga Khan Development Network en Afghanistan, où le Canada a déployé quelque 2700 soldats dans le cadre d'une mission militaire dans la province de Kandahar.

Le gouvernement fédéral a collaboré avec l'Aga Khan pour créer le Centre mondial du pluralisme, à Ottawa, un organisme qui favorise les échanges entre les gens de diverses ethnies, cultures et religions, dans un souci d'éducation populaire.

Récemment, l'Aga Khan a reçu un doctorat honorifique de l'Université de l'Alberta, à Edmonton. Il en a profité pour parler de « l'arrogance du colonialisme, la rigidité du communisme, les rêves romantiques du nationalisme, et les promesses naïves du capitalisme sans bornes ».

Les liens de l'Aga Khan avec le Canada ne s'arrêtent pas là. Il était notamment l'un des invités d'honneur aux funérailles de l'ancien premier ministre Pierre Elliott Trudeau, en 2000. Le gouvernement canadien avait accueilli, à partir de 1972, des milliers de musulmans ismaéliens expulsés d'Ouganda, ou dont les biens avaient été saisis au Kenya et en Tanzanie.

L'ismaélisme est un courant minoritaire de l'islam chiite. L'Aga Khan a célébré ses 50 ans à la tête de cette communauté religieuse.

Quatre autres personnes ont reçu une citoyenneté honoraire du Canada:

  • Raoul Wallenberg, un diplomate suédois, héros de l'Holocauste qui a utilisé son statut pour sauver des milliers de juifs durant la Deuxième Guerre mondiale, l'a reçu en 1985 à titre posthume;
  • Nelson Mandela, ancien président d'Afrique du Sud et récipiendaire du prix Nobel de la paix, l'a obtenu en 2001;
  • Tenzin Gyatso, le 14e dalaï-lama l'a reçu en 2006;
  • Aung San Suu Kyi, autre Prix Nobel de la paix, militante pour la démocratie au Myanmar, ex-Birmanie, qui a passé l'essentiel des 20 dernières années en résidence surveillée.
Avec les informations de Agence France-Presse, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !