•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Escuminac se souvient

Escuminac

Un bateau naufragé à Escuminac en 1959 (archives)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Nouveau-Brunswick souligne le 50e anniversaire de la tragédie maritime d'Escuminac. En juin 1959, une forte tempête a coulé 22 bateaux de pêche et causé la mort de 35 pêcheurs.

La collectivité d'Escuminac, au Nouveau-Brunswick, commémore vendredi et en fin de semaine la tragédie maritime de 1959. Cet événement a marqué l'histoire de la navigation au Canada.

Le 19 juin 1959, une tempête inattendue qu'on a ensuite qualifiée d'ouragan a coulé 22 bateaux de pêche de la région d'Escuminac et causé la mort de 35 pêcheurs. Du coup, 19 femmes sont devenues veuves et 83 enfants ont perdu leur père.

À l'époque, la pêche se déroulait la nuit. Rien n'indiquait l'approche de la tempête. Les pêcheurs ont été surpris par d'immenses vagues et des vents déchaînés qui ont duré toute la nuit et la journée suivante. Dans les jours suivants, les survivants ont pris la mer pour récupérer les corps des victimes.

Ces douloureux souvenirs refont surface aujourd'hui dans le petit village de pêcheurs. « Nous autres, ici, pas plus grosse qu'était la paroisse ou la place, perdre 35 pêcheurs, c'était un désastre. C'était un gros coup dans la baie Sainte-Anne », se souvient Cyril Jenkins, un survivant de la tragédie.

André Martin a perdu son père à ce moment. Il se demande encore comment il est mort la nuit du drame. « Il m'a été dit que mon père a été aider un autre bateau et que les deux bateaux se sont frappés ensemble. C'est de même que les deux bateaux ont été détruits et qu'ils ont péri en mer », explique-t-il.

La tragédie a mis en lumière le manque de formation des pêcheurs et la vétusté des bateaux à l'époque. L'automne suivant la tragédie, on a ouvert l'École des pêches de Caraquet. « Cinquante ans passés, les pêcheurs apprenaient le métier directement sur l'eau. C'était un métier de père en fils », précise Joël Gionet, enseignant de navigation.

EscuminacAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De nombreuses victimes de la tempête de 1959 reposent au cimetière d'Escuminac.

Selon Joël Gionet, un événement comme celui d'Escuminac a peu de chance de se reproduire de nos jours grâce aux moyens de communication modernes, aux prévisions météorologiques et à la formation des capitaines, dit-il.

À l'Assemblée législative, les députés ont observé une minute de silence, vendredi. Le président de la Chambre a rappelé le nom de chaque victime.

Escuminac prévoit accueillir un millier de personnes lors des activités de commémoration. Le tout commence vendredi soir sur les quais. Au cours du week-end, les villageois écouteront le témoignage de survivants. Un hommage sera rendu aux victimes. On déposera des fleurs sur l'océan en leur honneur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !