•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Coupe à Pittsburgh

Sidney Crosby

Sidney Crosby soulève la Coupe

Photo : AFP / Harry How/Getty Images

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Maxime Talbot se transforme en Mario Lemieux, Marc-André Fleury se change en Tom Barrasso et les Penguins gagnent une troisième Coupe Stanley.

Les Penguins ont réalisé l'impensable: gagner un septième match d'une finale de la Coupe Stanley sur une patinoire adverse. Encore plus impensable quand c'est au Joe Louis Arena...

Décrit à la blague par Evgeni Malkin comme un joueur aux mains de ciment, Maxime Talbot a fait mentir son coéquipier.

Talbot a connu le match de sa vie en marquant les deux buts des siens dans un gain de 2-1 sur les Red Wings, vendredi, à Détroit.

Le match est passé près de se rendre en prolongation, mais Marc-André Fleury a plongé pour frustrer Nicklas Lidstrom sur un retour, avec moins de cinq secondes à jouer. Un arrêt qu'on verra et reverra pour des années à venir.

C'était seulement une deuxième défaite en 13 matchs pour les Wings devant leurs partisans en séries cette année.

Auteur de 36 points, dont 14 buts, Malkin a mis la main sur le trophée Conn-Smythe.

L'histoire du match

Après une première période sans but, Talbot a brisé la glace au tout début du deuxième tiers.

L'ancien des Olympiques de Gatineau a marqué un but typique à son image. Le fougueux attaquant a frappé Brad Stuart qui a ensuite raté son dégagement. Malkin a intercepté le dégagement avec son patin, ouvrant la voie à Talbot qui a battu Chris Osgood entre les jambières.

Sidney Crosby et Johan FranzenAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sidney Crosby et Johan Franzen

Photo : AFP / Getty Images/Jamie Sabau

La joie des Penguins a rapidement fait place à l'inquiétude. Blessé au genou gauche après un contact avec Johan Franzen, Sidney Crosby a retraité au vestiaire.

Inébranlables, les Penguins ont ajouté un deuxième but, encore une fois en provenance du bâton de Talbot. Sur une descente à deux contre un, le Québécois a décoché un tir parfait des poignets au-dessus de la mitaine d'Osgood.

La recrue Jonathan Ericsson a réanimé les partisans des Wings à mi-chemin en troisième période en surprenant Fleury d'un tir de la pointe.

En fin de match, le Suédois Niklas Kronwall a frappé le poteau. Fleury et les Penguins ont retenu leur souffle jusqu'à la fin du match, mais ils ont tenu bon.

Crosby a fait une apparition surprise au banc des siens au début du troisième tiers. Il a cependant très peu joué en troisième période.

« Je ne recommande à personne de regarder un 7e match de la finale assis sur le banc. C'est très difficile », a déclaré Crosby au réseau CBC.

Chassé du match à son dernier départ à Détroit, Fleury a réalisé 23 arrêts.

Retour du balancier

Pour devenir une équipe championne, il faut d'abord apprendre à perdre, comme le veut l'adage. Vaincus en six matchs l'an dernier en finale contre les Wings, les Penguins ont savouré leur revanche en soulevant le précieux trophée pour une troisième fois.

Mario Lemieux avait conduit les Penguins à deux titres d'affilée en 1991 et 1992. Sidney Crosby et Evgeni Malkin ont suivi les traces de leur propriétaire 17 ans plus tard.

Dans le camp des perdants en juin dernier, l'attaquant Marian Hossa passera un autre été à maugréer cette défaite. Sur le marché des joueurs autonomes, Hossa a parié sur les Wings plutôt que sur les Penguins.

Une première depuis 1971

Avant les Penguins, le Canadien de Montréal était la dernière équipe à avoir remporté un septième match à l'étranger.

En 1971, le CH avait triomphé des Blackhawks 3-2, à Chicago. Henri Richard avait réussi deux buts. Maxime Talbot n'était pas encore né à ce moment.

Maxime Talbot et Marc-André FleuryAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Maxime Talbot et Marc-André Fleury

Photo : AFP / Getty Images/Bruce Bennett

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !