•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De journaliste à gouverneur général

Roméo LeBlanc quitte Rideau Hall, en 1999.

Roméo LeBlanc quitte Rideau Hall, en 1999.

Photo : La Presse canadienne / Fred Chartrand

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Roméo LeBlanc est décédé le 24 juin 2009 des suites d'une longue maladie.

Ce lien vous permet d'envoyer un témoignage de sympathie

Ancien ministre fédéral des Pêches, il a été sénateur, puis gouverneur général du Canada.

Ses études le destinaient à une carrière dans l'enseignement, mais c'est le journalisme qui l'a propulsé. Au début des années 60, Roméo LeBlanc est devenu correspondant de Radio-Canada à Ottawa, ensuite à Londres.

On a assisté à la guerre froide par ses reportages, quand les Américains ont bloqué le ravitaillement de Cuba pour forcer les Soviétiques à démanteler leurs missiles braqués sur les États-Unis.

Roméo LeBlanc est arrivé à Washington sur ces entrefaites comme journaliste. À ce moment, les États-Unis dépêchaient leurs premières troupes au Vietnam.

Après Washington, M. LeBlanc se retrouve à Ottawa à titre d'attaché de presse du premier ministre Lester B. Pearson et de son successeur, Pierre-Elliott Trudeau. Il a ensuite décidé de faire carrière en politique.

L'empreinte d'un ministre

Candidat du Parti libéral, Roméo LeBlanc a été élu en 1972 dans la circonscription de Westmorland-Kent, au Nouveau-Brunswick. Deux ans plus tard, on lui a confié le ministère des Pêches. Roméo LeBlanc y a laissé son empreinte, puisqu'il détient le record de longévité à ce ministère.

Il s'est rangé du côté des pêcheurs canadiens, qui soutenaient que des étrangers pratiquaient une surpêche et, conséquemment, étaient responsables du déclin des stocks. Dans cette logique, en 1977, M. LeBlanc a étendu la zone économique du Canada à 200 milles des côtes. « En d'autres mots, ça veut dire que nous avons pris en mains les destinées de nos pêches pour l'avenir », disait-il.

Dix ans plus tard, soit cinq ans avant l'imposition du moratoire sur la morue, Roméo LeBlanc, alors devenu sénateur, ne pouvait que constater l'échec de cette vision. « La difficulté, c'est que la biologie ne suit pas nécessairement la gourmandise et les appétits de ceux qui veulent vider les océans », a-t-il souligné.

Roméo LeBlancAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Roméo LeBlanc

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Il existe encore aujourd'hui un département du golfe au sein du ministère fédéral des Pêches et des Océans avec des bureaux administratifs à Moncton, grâce à Roméo LeBlanc. À Shediac, située dans sa circonscription de Westmorland-Kent, maintenant appelée Beauséjour, il a fait le cadeau d'y établir une composante du ministère des Approvisionnements et Services.

En 1984, Roméo LeBlanc a quitté la Chambre des communes et est entré au Sénat. Il en est devenu le président en 1993.

Le 8 février 1995, Roméo LeBlanc est devenu gouverneur général du Canada. Il était le premier Acadien à occuper cette fonction. Il était aussi le premier gouverneur général originaire d'une province de l'Atlantique.

Dans une entrevue accordée à Robert-Guy Scully  (Nouvelle fenêtre)en 1998, Roméo LeBlanc parle de ses fonctions de gouverneur général. Il aborde aussi son enfance, ses études, et se souvient de l'époque où il était journaliste à Radio-Canada.

En octobre 1999, quelques mois avant la fin de son mandat, Roméo LeBlanc a quitté Rideau Hall pour prendre sa retraite. Il est alors rentré chez lui en Acadie. Même à la retraite, il était un homme sollicité. C'est ainsi qu'il a accepté de devenir le chancelier de l'Université de Moncton.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.