•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un maire atypique

Jean Tremblay

Jean Tremblay

Photo : Ville de Saguenay

Radio-Canada

Jean Tremblay, qui dirige la ville de Saguenay, fait partie de ces maires québécois qui sont devenus populaires grâce à leur style singulier de gestion et de communication.

Personnage coloré et bouillant, il a réussi à se faire réélire en novembre 2005 avec 72 % des voix. Il avait été élu pour la première fois maire de Chicoutimi en 1997, mettant ainsi fin à 16 ans d'administration du maire Ulric Blackburn. En janvier 2002, il est devenu maire de Saguenay à la faveur des réorganisations municipales. Après 12 ans de gestion municipale, il ambitionne de succéder à lui-même en novembre 2009.

Jean Tremblay est un maire atypique, qui s'intéresse non seulement aux affaires de la cité, mais aussi à son histoire, aux phénomènes naturels et surtout à la religion.

Homme de foi, il ne cesse de prêcher pour la religion catholique, « une des plus belles valeurs qu'on a au Québec ». Il est un ardent défenseur de la prière précédant les réunions du conseil municipal, en dépit des réactions hostiles que ce procédé suscite.

M. Tremblay estime qu'il ne faut pas confondre laïcité et athéisme. « Si l'Église n'a pas à intervenir dans les choses de l'État, on ne doit pas laisser pour autant aux politiciens le soin de décider de la moralité de la société », soutient-il.

Il a fait un témoignage remarqué devant la commission Bouchard-Taylor, en 2007, plaidant notamment pour un retour aux valeurs morales et le maintien de l'héritage catholique dans l'espace public québécois.

Jean Tremblay a animé plusieurs émissions de télévision sur Canal Vox, dans lesquelles il parle, entre autres, de religion. Ce qui lui a valu des parodies dans Infoman de Radio-Canada, animée par Jean-René Dufort.

Un maire, un style

Dans la gestion de la municipalité, le maire a adopté des approches novatrices et rigoureuses, mais pas toujours consensuelles. Il est le premier à instaurer la méthode de gestion « par activités », ce qui aurait permis à la Ville de faire des économies substantielles dans la réalisation de certains projets.

Il a fait de la baisse des taxes pour les citoyens son cheval de bataille, et a dû croiser le fer avec des multinationales implantées dans la région pour récupérer des paiements de taxes sur les barrages hydroélectriques privés.

En 2002, il a fondé l'organisme Promotion Saguenay, dont l'objectif est de promouvoir l'économie et le tourisme de la région, qui vit des difficultés économiques. En 2004, il a doté la Ville d'un bureau de l'ombudsman.

Partisan des fusions, il a publié en 1999 un document intitulé Le courage de changer les choses: un projet à construire pour les générations à venir. On lui doit aussi d'autres publications, des mémoires notamment, dont celui sur les accommodements raisonnables qui a fait beaucoup parler de lui.

Titulaire d'une licence en droit en 1974 de l'Université Laval, Jean Tremblay est aussi diplômé en droit notarial du même établissement. Il a travaillé comme notaire de 1975 à 1995. Entre-temps, il est devenu actionnaire associé, en 1979, pour la création du restaurant St-Hubert de Chicoutimi. Puis est venu le saut en politique, en 1997, année pendant laquelle il s'est fait élire maire de Chicoutimi. En 1980, M. Tremblay a enseigné l'administration à l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC).