•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La souveraineté à la pièce

Pauline Marois
Pauline Marois Photo: La Presse canadienne / Graham Hughes
Radio-Canada

Pauline Marois propose qu'un éventuel gouvernement du PQ oeuvre à rapatrier une série de pouvoirs exercés en partie ou en entier par Ottawa, tout en gardant l'objectif ultime de la souveraineté.

Pauline Marois convie les Québécois à une vaste entreprise nationale de rapatriement de pouvoir lors d'un éventuel mandat péquiste.

Sans renoncer à la possibilité de tenir un référendum sur la souveraineté, si les conditions sont propices, la chef du PQ propose aux Québécois une vaste stratégie visant à la fois à mettre fin aux incursions du fédéral dans les champs de compétence de la province et à revendiquer des pouvoirs dévolus constitutionnellement à Ottawa.

« Nous voulons utiliser toutes les compétences du Québec et récupérer le maximum des pouvoirs qui sont à Ottawa, pour faire avancer les Québécois », a-t-elle plaidé, dimanche, au moment de dévoiler son plan à Montréal.

Il s'agirait ainsi, dans un premier temps, de stopper les incursions du fédéral dans les domaines de compétence provinciale, comme l'éducation, la santé et les politiques familiales.

Puis, le PQ entend occuper tous les champs de compétence provinciale laissés vacants par Québec, ce qui veut dire notamment une nouvelle loi 101 pour imposer l'usage du français aux entreprises de moins de 50 employés, l'adoption d'une constitution et d'une citoyenneté québécoise, ainsi que l'enseignement obligatoire de l'histoire nationale dans les écoles.

Troisièmement, un gouvernement péquiste s'efforcerait à expulser Ottawa des champs de compétence partagés comme l'environnement, l'agriculture et l'intégration des immigrants.

Enfin, on revendiquerait le rapatriement intégral de compétences comme la culture, les communications, ainsi que la perception de tous les impôts, en plus d'exiger la propriété des plaines d'Abraham.

« D'ici le moment où un référendum gagnant proclamera la souveraineté du Québec, le Parti québécois a le devoir de proposer aux Québécois une démarche qui les fera avancer, qui nous rapprochera de notre souveraineté. Cette approche, c'est l'approche du toujours plus pour le Québec, toujours plus pour les Québécois », a-t-elle dit.

L'idée des référendums sectoriels, un temps mise en avant, a été reléguée au second plan. Mme Marois n'exclut pas d'y avoir recours lors d'un des bras de fer qui ne manqueront d'avoir lieu avec Ottawa une fois cette stratégie mise en branle.

Le plan fera l'objet de débats en vue de son adoption au congrès national du PQ au printemps 2011.

Aucun thème sélectionné