•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La forêt anticancéreuse

Radio-Canada

Plusieurs scientifiques se tournent vers les insectes et les plantes de la forêt boréale pour lutter contre le cancer.

Plusieurs scientifiques croient que le Nord de l'Ontario pourrait devenir le nouvel Eldorado de la recherche scientifique contre le cancer.

Plutôt que de couper le bois pour alimenter l'industrie forestière, dont les performances économiques sont imprévisibles, ces scientifiques lorgnent du côté de la bioprospection. Selon eux, la forêt boréale recèle de plantes et d'insectes qui pourraient contribuer à la lutte contre les cancers.

Les vertus de l'if du Canada, un arbuste résineux, sont déjà connues en cancérologie, tout comme ceux de certains légumes comme le chou, le brocoli et le radis.

Mais d'autres plantes sauvages, dont la cardamine, intéressent aussi les chercheurs. La phytochimiste Sabine Montaut voit dans ces recherches une voie d'avenir dans la lutte au cancer parce que « la nature en général a plus d'imagination que l'Homme ».

Dans son laboratoire de Sault-Sainte-Marie, le scientifique Mamdouh Abou-Zaïd s'intéresse notamment au sirop d'érable et à ses propriétés antioxydantes.

De son côté, le chimiste d'origine mexicaine Geraldo Ulibarri étudie les scarabées. Il explique que certains insectes fabriquent des substances aux propriétés anticancéreuses.

Pour le Dr Hoyun Lee de l'Hôpital régional de Sudbury, cette nouvelle vocation pourrait même supplanter un jour l'industrie des mines dans la région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !