•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Michaëlle Jean en rajoute

Michaëlle Jean a mangé un morceau de coeur de phoque.
Michaëlle Jean a mangé un morceau de coeur de phoque, en mai dernier, dans une communauté inuite du Grand Nord. Un geste qui n'a laissé personne indifférent. Photo: La Presse canadienne / Sean Kilpatrick
Radio-Canada

Après avoir soulevé la controverse en mangeant un morceau de coeur de phoque lundi, la gouverneure générale prend part à une partie de chasse au phoque, à l'invitation d'Inuits du Nunavut.

La gouverneure générale du Canada Michaëlle Jean, qui a soulevé une controverse, lundi, en mangeant un petit morceau de coeur de phoque, risque de faire de nouvelles vagues. Mercredi soir, elle a accepté l'invitation d'Inuits du Nunavut de participer à une partie de chasse au phoque.

Mme Jean s'est dite très consciente du contexte dans lequel elle pose ces gestes. Elle a ajouté qu'elle voulait donner son appui à la culture et au mode de vie de plusieurs communautés canadiennes de l'Arctique et des régions côtières de l'est du pays. La chasse au phoque, dit-elle, est vitale pour ces communautés. Elle se fait de façon responsable et respectueuse.

La dégustation du coeur de phoque, lundi soir, avait soulevé l'ire de certains groupes de défense des droits des animaux. Ceux-ci estimaient que la gouverneure générale n'aidait en rien la cause de la chasse commerciale au phoque. Ils soutenaient en outre que la chasse traditionnelle pratiquée par des communautés inuites et la chasse commerciale était différente.

De son côté, le gouvernement Harper a salué le geste de Michaëlle Jean.

Rappelons que Parlement européen a adopté, au début de mai, un embargo sur les produits du phoque, qui entrera en vigueur dès que les gouvernements européens auront donné leur aval. Une dérogation est cependant prévue pour les produits du phoque issus de la chasse traditionnelle menée par les Inuits et par d'autres communautés autochtones qui s'adonnent à cette activité pour leur subsistance.

Avec les informations de La Presse canadienne

Aucun thème sélectionné