•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Abbas tient à la feuille de route

Le ministre canadien des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, en compagnie du président palestinien Mahmoud Abbas, à Ottawa

Le ministre Cannon et le président Abbas en conférence de presse

Photo : La Presse canadienne / Fred Chartrand

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

De passage à Ottawa, où il a rencontré le ministre Lawrence Cannon, le président palestinien affirme qu'en vertu du plan de paix adopté en 2003, Israël ne peut continuer à développer ses colonies en Cisjordanie.

C'est avec réticence que le président palestinien Mahmoud Abbas a abordé le sujet de la colonisation juive en Cisjordanie, lundi, lors d'une conférence de presse à Ottawa suivant une rencontre avec le ministre canadien des Affaires étrangères.

Dimanche, lors du Conseil des ministres israéliens, le premier ministre Benyamin Nétanyahou a affirmé que, sans donner le feu vert à de nouvelles implantations, son gouvernement poursuivrait l'accroissement des colonies existantes en Cisjordanie. Sa déclaration a été vue comme un rejet des demandes du président américain Barack Obama, qui souhaite l'arrêt de la colonisation.

« Nous allons sûrement discuter de tout ça par les voies diplomatiques », a d'abord commenté M. Abbas, qui doit rencontrer M. Obama jeudi.

Mais tandis que le ministre Lawrence Cannon évitait le sujet, en utilisant le mot « déploiement » au lieu de parler de colonisation, Mahmoud Abbas a répliqué de façon plus claire au premier ministre israélien. « Nous savons que le Canada appuie la feuille de route. C'est clair et précis dans la feuille de route, Israël doit arrêter toute forme de colonisation, y compris la croissance naturelle », a déclaré le président palestinien.

Lancée en 2003 en Jordanie par le président américain George W. Bush, le premier ministre israélien Ariel Sharon et par Mahmoud Abbas, la feuille de route visait la création en trois étapes d'un État palestinien coexistant avec Israël. Le document avait été adopté par les Nations unies, l'Union européenne, les États-Unis et la Russie.

Le président Abbas doit rencontrer mardi le premier ministre du Canada, Stephen Harper, et le chef de l'opposition officielle à la Chambre des communes, Michael Ignatieff. Il doit aussi inaugurer le nouveau siège diplomatique de l'Autorité palestinienne à Ottawa. M. Abbas a remercié lundi le Canada pour l'aide qu'il a fournie aux Palestiniens.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !