•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le sommeil réduit le risque

Un bébé dans une maternité

Photo : AFP / RICHARD BOUHET

Radio-Canada

Des médecins canadiens affirment que l'incidence de la dépression postnatale qu'éprouvent les femmes après l'accouchement pourrait être réduite par le repos.

La dépression post-partum qu'éprouvent les femmes après l'accouchement pourrait être prévenue par un simple remède: le sommeil.

Le Dr Meir Steiner, de la clinique Women's Health Concerns d'Hamilton, en Ontario, a noté que de nombreuses femmes qui avaient vécu cet état appréhendaient une autre grossesse en raison de la fatigue qu'elles avaient éprouvée lors d'une première expérience.

Dans le but d'étudier cette réalité, le médecin et son équipe ont eu l'idée, en 2005, de créer un programme mieux adapté aux besoins des mères. Celui-ci permet entre autres aux nouvelles mères de demeurer à l'hôpital jusqu'à cinq jours après l'accouchement et les encourage à se reposer.

Le nouveau-né pouvait également être placé en pouponnière quelques heures durant la nuit.

L'idée est de prévenir le manque de sommeil qui semble être le pire ennemi des femmes qui présentent un risque.

Dr Meir Steiner

Le succès du programme est tel que sept hôpitaux ontariens l'ont maintenant adopté.

Des statistiques démontrent qu'entre 10 et 20 % des Canadiennes souffrent de dépression post-partum.

Les symptômes peuvent apparaître dès la deuxième semaine jusqu'à six mois après la naissance. Ils incluent une grande sensibilité, une tendance à pleurer, des sentiments de culpabilité et d'incompétence, de l'insomnie, et une tendance à s'isoler.

Avec les informations de La Presse canadienne