•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Québec se ferme aux conservateurs

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un sondage mené au Québec place les conservateurs au quatrième rang des intentions de vote dans la province. Le même coup de sonde montre que le Parti québécois et le Parti libéral sont au coude-à-coude.

L'un monte, l'autre descend. Le Parti libéral du Canada figure en tête des intentions de vote au Québec, tandis que le Parti conservateur se retrouve en quatrième position, selon un sondage publié par Le Devoir lundi.

Effectué par Léger Marketing, ce coup de sonde donne le portrait suivant:

  • Parti libéral du Canada: 37 %
  • Bloc québécois: 33 %
  • Nouveau Parti démocratique: 14 %
  • Parti conservateur: 13 %
  • Parti vert: 3 %

La donne s'avère toutefois différente lors de la ventilation des intentions de vote des francophones. Ceux-ci placent le parti dirigé par Gilles Duceppe en tête avec 40 % des intentions de vote. Les libéraux suivent avec 32 % des intentions de vote, tandis que le NPD en récolte 14 % et le Parti conservateur 11 %.

« Les politiques des conservateurs ne sont pas très populaires au Québec », explique Alain G. Gagnon, professeur à la faculté de science politique et de droit à l'UQAM, qui cite notamment leurs politiques culturelles et les compressions à Radio-Canada. Il insiste aussi sur l'impact de la récession économique.

Selon le sondage, 22 % des Québécois s'estiment « satisfaits » du gouvernement de Stephen Harper, contre 71 % d'« insatisfaits ».

Le premier ministre a d'ailleurs voulu fouetter ses troupes la semaine dernière, dans un discours à Montréal. Il a fustigé son adversaire Michael Ignatieff, qu'il a décrit comme « le chef libéral le plus centralisateur de l'histoire de ce pays ».

Ignatieff en lune de miel

L'effet Ignatieff semble toutefois durer, selon Christian Bourque, vice-président à la recherche de Léger Makerting.

Il y a véritablement un mouvement prolibéral au Québec. La remontée est constante depuis décembre

Une citation de :Christian Bourque

Et d'ajouter: « Il y a un aspect nouveauté, les gens veulent découvrir Ignatieff. Il profite aussi des difficultés du Parti conservateur et du fait que le Bloc québécois ne semble rien offrir de nouveau ».

Alain G. Gagnon estime de son côté que les libéraux tentent d'occuper le centre-gauche, afin de « voler des voix au Bloc québécois ».

Si on regarde l'électorat francophone, le Bloc est en avance. C'est vrai qu'il y a un progrès du côté des libéraux, mais ils ont un problème encore aujourd'hui à percer du côté des francophones.

Une citation de :Alain G. Gagnon

Péquistes et libéraux au coude-à-coude

Jean CharestAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : La Presse canadienne / Clement Allard

Sur la scène provinciale, la situation s'avère différente. Le Parti libéral du Québec et le Parti québécois sont au coude-à-coude avec chacun 40 % des intentions de vote, suivis par l'Action démocratique du Québec qui récolte 8 % - toujours selon le même sondage.

Toutefois, l'électorat francophone penche en majorité du côté du Parti québécois:

  • Parti Québécois: 48 %
  • Parti libéral du Québec: 31 %
  • Action démocratique du Québec: 9 %
  • Québec solidaire: 6 %
  • Parti vert: 4 %

Si des élections avaient lieu aujourd'hui, Alain G. Gagnon estime que le Parti québécois formerait un gouvernement majoritaire. Selon le sondage, le parti dirigé par Pauline Marois récolterait 80 circonscriptions sur 125.

Le pourcentage de personnes sondées se disant « satisfaites » du gouvernement de Jean Charest s'élève à 33 %, tandis que 32 % se disent « insatisfaites » et 26 % « très insatisfaites ». Mais Alain G. Gagnon estime que le portrait pourrait être bien pire pour Jean Charest.

Si l'ADQ était active, en pleine forme, le taux d'insatisfaction à l'égard du gouvernement actuel à Québec serait très très élevé, aussi élevé que ce qu'il est présentement à Ottawa.

Une citation de :Alain G. Gagnon.

Le sondage a été réalisé du 13 au 17 mai auprès de 1053 personnes au Québec, avec une marge d'erreur de 3 %, 19 fois sur 20.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !