•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une rencontre avec Hydro-Québec

Rivière Romaine

Rivière Romaine

Photo : Hydro-Québec

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le chef de la bande innue de Sept-Îles-Malioténam s'entretiendra lundi avec le PDG de la société d'État, car la communauté s'oppose au mégaprojet en raison des lignes de transport qui seront construites sur leurs terres ancestrales.

Le chef de la bande innue de Sept-Îles-Malioténam, Georges-Ernest Grégoire, s'entretiendra lundi avec le PDG d'Hydro-Québec, Thierry Vandal, pour discuter du projet de complexe hydroélectrique de la rivière Romaine.

La communauté s'oppose au mégaprojet évalué à plus de 8 milliards de dollars, en raison des lignes de transport qui seront construites sur leurs terres ancestrales.

La bande innue a déjà menacé d'intenter une injonction pour bloquer le projet. Selon le conseiller principal de la bande, Rosario Pinette, le conseil s'est engagé à ne pas déposer de procédures juridiques d'ici la réunion.

« Nous sommes heureux de voir ce dossier-là avancer dans le grand intérêt des parties respectives. C'est ce qui est important pour nous c'est qu'Hydro-Québec s'assoit avec nous de façon sérieuse, de bonne foi. Pour le moment les procédures sont retenues par le conseil, c'est mis sur la glace, mais pas écarté complètement », souligne M. Pinette.

Une rencontre doit également avoir lieu entre le chef de bande et le premier ministre du Québec pour discuter de différents dossiers, dont celui de la Romaine. La date n'a pas encore été fixée.

Rappelons que le gouvernement provincial a annoncé, 13 mai dernier, le lancement des travaux de construction du complexe hydroélectrique de 1550 MW sur la rivière Romaine, au nord de la municipalité de Havre-Saint-Pierre, sur la Côte-Nord.

Les quatre communautés autochtones, soit les bandes de Natashquan, de La Romaine, de Mingan et de Saint-Augustin, touchées par le complexe hydroélectrique ont toutes donné leur accord au chantier de construction.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !