•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrestation inusitée

Escalier roulant du métro Laval

Escalier roulant du métro Laval

Radio-Canada

Une dame a été arrêtée et sommée de payer des amendes de 420 $ pour avoir refusé de tenir la rampe d'un escalier roulant.

Une usagère du métro de Laval a vécu toute une mésaventure, mercredi dernier, après avoir refusé de tenir la rampe d'un escalier roulant. Elle a été menottée et emmenée dans une cellule du métro pour ne pas avoir obtempéré aux demandes des policiers.

Bela Kosoian, une mère de famille de 38 ans, aurait enfreint un règlement de la Société de transport de Montréal (STM), qui oblige les usagers à tenir la rampe des escaliers roulants, faute de quoi ils risquent une contravention.

La dame reconnaît que les policiers lui ont demandé à deux reprises de s'agripper à la rampe, mais elle ne l'a pas fait, car la rampe était, selon elle, malpropre.

Elle dit avoir argumenté avec les policiers, ce qui ne leur aurait pas plu. Les agents lui ont demandé de s'identifier, mais elle a refusé de le faire. C'est alors qu'ils l'ont menottée et arrêtée.

« J'étais menottée comme une prisonnière, comme une criminelle. Chaque fois que je lui ai demandé [au policier] qu'est-ce que j'ai fait, il ne m'a pas répondu. Juste à la fin, il m'a dit qu'est ce que j'ai fait », témoigne-t-elle.

Bela Kosoian a été finalement relâchée. Elle devra toutefois payer deux contraventions: une de 100 $, pour non respect du règlement du métro, et une autre de 320 $, pour entrave au travail des policiers.

Elle estime que les policiers ont fait preuve d'abus de pouvoir. Ce que réfute la porte-parole de la Police de Laval, Nathalie Laurin, qui explique que les agents sont plus sévères lorsque les circonstances l'imposent.

« Cette dame-là a enfreint des règlements du métro. Je comprends que oui, c'est peut-être beaucoup d'argent, mais comme je vous dis, on est là pour faire respecter les règlements. Et elle est chanceuse finalement qu'elle ne se retrouve pas avec des accusations criminelles en plus », affirme Nathalie Laurin.

Bela Kozoian envisage de contester ses contraventions devant la cour municipale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !